La bourse est fermée

Google partage les données de localisation des utilisateurs pour lutter contre le coronavirus

Fabrice Auclert, Journaliste
1 / 2

Coronavirus : Facebook partage les données de ses utilisateurs avec les chercheurs

À l’instar d’Orange, en France, et d’autres opérateurs à travers la planète, Google peut suivre à la trace ses millions, voire milliards d’utilisateurs. Comment ? Tout simplement grâce à la puce GPS de leur smartphone, liée à l’utilisation de Google Maps, son application de géolocalisation. Un « tracking » qui devient aujourd’hui un outil essentiel pour les chercheurs, les médecins et les scientifiques pendant cette crise du coronavirus, et Google a annoncé qu’il avait décidé de partager les données de ses utilisateurs dans 131 pays et cela représente des milliards de smartphones !

Cela représente une énorme masse de population. À partir d’aujourd’hui, Google donne accès à tous à des analyses sur les déplacements des personnes (« COVID-19 Community Mobility Reports »), et sur les premiers résultats des mesures pour lutter contre la pandémie, qu’il s’agisse du confinement, du télétravail ou encore de l’interdiction de déplacement à travers un pays. Pour chaque pays ou région, les données sont représentées sous forme de graphiques, et ils permettent de comparer l’affluence des dernières semaines dans différents lieux comme les gares, le métro mais aussi les centres commerciaux et les pharmacies.

Un rapport région par région pour la France

Pour la France, on peut donc télécharger un PDF de 10 pages, et région par région, on peut constater les effets des mesures de confinement sur les déplacements des personnes. On observe ainsi que les déplacements dans son quartier ont augmenté, et qu’à l’inverse, les trajets vers les lieux de travail ou dans les parcs ont très fortement diminué. Aux scientifiques et aux gouvernements d’en tirer des conclusions et de corréler ces données brutes aux chiffres d’infection au coronavirus dans ces mêmes régions.

À ceux qui craignent pour la publication et le partage de données privées, Google assure que les rapports utilisent des données compilées et anonymisées : ne sont intégrées que les données de personnes ayant activé l’Historique des...

> Lire la suite sur Futura