La bourse est fermée

Google Job Search attaqué par les sites d'offres d'emplois européens

En juin dernier, Google débarquait sur le marché de l’emploi en Europe. Deux après sa sortie aux Etats-Unis, le géant américain lançait son service Google Job Search (ou Google For Jobs) sur le Vieux-Continent. Le principe ? Mettre en avant les offres d’emplois sur son moteur de recherche. Mais moins de trois mois après ce lancement, la concurrence pointe du doigt Google.

Selon Reuters, 23 sites d’offres d’emplois européens, parmi lesquels Best Jobs Online, Intermedia et Jobindex, ont écrit à Marghrete Vestager, commissaire européenne à la concurrence. Ils accusent Google de reléguer leurs annonces très bas dans le moteur de recherche, afin de pousser les internautes à plutôt se diriger vers son service. Contacté par Reuters, Google s’est défendu en affirmant que les annonces des autres sites étaient bien visibles au moment des recherches d’emplois.

⋙ Lire aussi Moteurs de recherche: Google fera payer ses concurrents choisis à sa place sur Android

Le cauchemar de Google

Nick Zakrasek, l'un des principaux responsables produits pour la recherche chez Google, a déclaré que de nombreux sites d’offres d’emplois avaient "constaté une augmentation significative du nombre de candidatures reçues". Les 23 sites à l’origine du courrier envoyé à Marghrete Vestager demandent à Bruxelles de mettre temporairement hors service Google Job Search, le temps de mener une enquête pour abus de position dominante. Reste à voir quelle attitude va adopter la commissaire européenne à la concurrence, qui quittera son poste le 31 octobre.

⋙ Lire aussi Google France a payé 17 millions d'euros d'impôt sur les bénéfices en 2018

La Danoise s’est révélée être le cauchemar de Google en infligeant plusieurs amendes à l’entreprise américaine pour "pratiques illégales" ou "abus de position dominante" depuis 2018. Selon Reuters, elle travaillerait sur une transmission "intensive" de ce dossier à son successeur, afin qu’il le traite rapidement. Les sites concernés planchent toutefois pour déposer une plaInte

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Assistant vocal : Google reconnaît écouter les enregistrements
Trois sites d'Amazon France bloqués par des militants écologistes
Amazon, Google, Facebook... Donald Trump lance l’offensive contre les GAFA
Assistants vocaux : Google cède sous la pression
Le Pentagone reporte son appel d'offres géant pour un "cloud"