La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 270,09
    -121,43 (-0,39 %)
     
  • Nasdaq

    12 997,75
    -361,04 (-2,70 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,2073
    -0,0015 (-0,12 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • BTC-EUR

    42 284,62
    +2 352,12 (+5,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 020,16
    +32,07 (+3,25 %)
     
  • S&P 500

    3 819,72
    -50,57 (-1,31 %)
     

Google France veut rééquilibrer la balance du clic

·2 min de lecture

Services aux commerçants, rémunération de la presse… Sébastien Missoffe est disert sur les avancées du géant du numérique. Il l'est moins sur la taxe Gafa et les syndicats. Rencontre.

Voilà qui a pu surprendre.

Sur les réseaux sociaux et dans les médias, ce 21 janvier, deux frères ennemis, le vice-président et directeur général de Google France, Sébastien Missoffe, et le président de l'Alliance de la presse d'information générale, Pierre Louette, scellent leur réconciliation. Ils saluent la signature du premier accord mondial sur les droits voisins qui prévoit la rémunération des éditeurs par le moteur de recherche. Quelques jours plus tard, le 5 février, c'est dans les locaux de Challenges que Sébastien Missoffe est venu présenter les grands chantiers de Google, ravi d'honorer un rendez-vous « en présentiel ». « C'est une avancée significative, s'enflamme-t-il.

L'accomplissement de mois de négociations afin que Google participe au financement de la presse. La France est le premier pays à transposer la directive européenne d'avril 2019. »

« 8 milliards de clics » générés

Les éditeurs devront encore négocier un à un la rémunération avec des contrats de licence. Mais le progrès est réel pour ceux qui accusent Google d'utiliser leurs contenus afin de générer du trafic sans contrepartie financière. « Nous apportons 8 milliards de clics aux sites de presse en Europe. L'enjeu est de leur procurer des revenus, enchaîne leur nouvel ami. Nous avons développé des abonnements avec Google, proposant un trajet plus rapide, sans friction, pour les lecteurs. » La multinationale numérique va aussi lancer en France l'offre News Show-case, qui met en avant une sélection d'articles d'un journal. La firme de Mountain View a prévu d'investir dans ce projet un milliard de dollars sur trois ans.

Point noir, la division cloud

Mais tout n'est pas réglé avec les médias. En Australie, où une nouvelle loi sur la presse se prépare, les négociations sont tendues avec le gouvernement. Et Sundar Pichai, le PDG de Google, a rencontré le Premier ministre australien fin janvier.

Sébastien Missoffe est toujours habile pour paraphraser les questions que Google souhaite laisser en su[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi