Marchés français ouverture 5 h 31 min
  • Dow Jones

    31 253,13
    -236,94 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    11 388,50
    -29,66 (-0,26 %)
     
  • Nikkei 225

    26 480,23
    +77,39 (+0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,0580
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    20 120,68
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    28 643,73
    +1 059,94 (+3,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    674,35
    +22,11 (+3,39 %)
     
  • S&P 500

    3 900,79
    -22,89 (-0,58 %)
     

Google et Facebook font exploser les amendes pour la Cnil en 2021

Le gendarme des données personnelles a prononcé un montant record de 214 millions d'euros d'amendes en 2021, soit une hausse de 55% sur un an. Google et Facebook ont été visés pour leur politique en matière de cookies.

Il ne faut pas s'y tromper. Sous le franc sourire affiché par lors de la présentation du rapport annuel 2021 de la Cnil ce mercredi, se cache une volonté de fer afin de faire respecter la réglementation en matière de données personnelles. La présidente de la Cnil a dévoilé un montant "sans précédent" d'amendes en 2021: 214 millions d'euros, soit une hausse de 55% par rapport à 2020. "La moitié des sanctions concerne une mauvaise sécurité des données" a-t-elle relevé.

Comme à l'échelle des lois anticoncurrentielles de l'Union européenne, ce sont les GAFA qui occupent particulièrement les régulateurs. Et qui trustent logiquement le podium des plus lourdes sanctions, car la réglementation européenne sur la protection des données (RGPD) prévoit désormais des amendes pouvant aller jusqu'à 4% de leur chiffre d'affaires. Après avoir reçu 200 plaintes sur le sujet des "cookies", ces traceurs du web très utilisés par les géants publicitaires, la Cnil a décidé de sanctionner les entreprises récalcitrantes après 89 mises en demeures.

ont écopé respectivement d'amendes de 150 et 60 millions d'euros, car "ils ne permettaient pas à des millions d'internautes de refuser les "cookies" aussi facilement que de les accepter" selon la présidente de la Cnil. Les deux mastodontes de la publicité digitale ont fait évoluer leur interface a noté le gendarme, qui analyse actuellement si ces changements ont pu régler efficacement le problème initial. "Est-ce que ces grandes entreprises n’achètent pas leur non conformité? s'est demandé la présidente de la Cnil. Non, car il y a eu des injonctions de la part de la Cnil avec des amendes et une sanction qui impacte leur réputation. Au final, ces grandes entreprises se conforment, même si le but de la Cnil n'est pas de sanctionner pour sanctionner, mais de faire changer les pratiques."

Amazon, WhatsApp et Apple?

Si Amazon n'apparaît pas explicitement dans les sanctions prononcées par le gendarme français, la Cnil a indiqué avoir travaillé en coop[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles