La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 839,20
    -177,87 (-1,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Comment Google aide Renault à fabriquer des voitures communicantes

Pour compenser leurs prix qui enflent, nos voitures seront bientôt capables de maintenir à jour leurs systèmes embarqués et de proposer des services à la demande. Un défi technique que Renault relève avec le concours de Google.

En septembre 2018, l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi s’attachait les services de Google et gagnait le droit d’exploiter dans ses voitures le système d'exploitation Android Automotive du géant américain. Ce 8 novembre, Renault Group et Google annoncent l’extension de leur partenariat et la “signature de nouveaux accords”. Objectif, offrir “le meilleur des mondes de l'automobile et du numérique, pour proposer de nouveaux services à la demande et permettre des mises à jour continuelles sur les véhicules”.

L’accord originel se traduit depuis quelques mois de manière très visible, sur les deux derniers modèles en date introduits par Renault. La Megane E-Tech à motorisation 100 % électrique et le SUV compact Austral embarquent en effet un système d’info divertissement Renault OpenR, dont l’interface tactile est conçue autour de Android OS, l'écosystème de Google, et sur l’application propre à Renault, dite “MyRenault”.

Renault veut combler son retard sur Tesla et les constructeurs premium en adoptant Android Automotive

“Notre ambition est de faire de nos voitures des objets intelligents, qui communiquent, apprennent et qui recevront des mises à jour à la manière d’un smartphone”, décrit à Bloomberg Luca De Meo, Directeur général de Renault Group. Les deux Mégane E-Tech et Austral précitées sont d’ores et déjà capables de se mettre à jour sans avoir à passer chez le concessionnaire : tous les modèles à venir auront la même capacité, qui servira en retour à Renault à collecter certaines données.

Lire aussiGoogle et Renault présentent le fruit de leur association : la tablette OpenR

Pas question d’espionner la vie et les habitudes de ses clients. Pour le constructeur, l’enjeu se situe au niveau de ce qu’il est convenu d’appeler la maintenance prédictive, autrement dit la capacité pour le constructeur de “rectifier les défaillances en quasi-temps réel”, et pour le réparateur de fidéliser sa clientèle en lui proposant des rendez-vous pour les opérations d’entretien.

A quelques semaines des livraisons des premières Megane E-Tech Electriques, Renault en dit plus à propos de sa tablette OpenR, fruit de son association avec Google et Qualcomm (janvier 2022) Crédit : Image © Renault
A quelques semaines des livraisons des premières Megane E-Tech Electriques, Renault en dit plus à propos de sa tablette OpenR, fruit de son association avec Google et Qualcomm (janvier 2022) Crédit : Image © Renault

L’a[...]

Lire la suite sur challenges.fr