La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 733,69
    +47,52 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 188,81
    +33,08 (+0,80 %)
     
  • Dow Jones

    35 677,02
    +73,94 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1646
    +0,0015 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    1 793,10
    +11,20 (+0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    52 038,40
    -806,37 (-1,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,34
    -49,69 (-3,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,98
    +1,48 (+1,79 %)
     
  • DAX

    15 542,98
    +70,42 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 204,55
    +14,25 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    15 090,20
    -125,50 (-0,82 %)
     
  • S&P 500

    4 544,90
    -4,88 (-0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    28 804,85
    +96,27 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 126,93
    +109,40 (+0,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3760
    -0,0036 (-0,26 %)
     

Gonesse : trois familles menacées d’expulsion de leur HLM à cause des incivilités de leurs enfants

·1 min de lecture

L’affaire de Nice a donc donné des idées. Alors que le bailleur Côte d’Azur Habitat avait reçu l’autorisation, en juillet dernier, d’expulser une mère de famille dont le fils venait d’être condamné pour trafic de drogue, une affaire similaire vient de voir le jour dans le Val-d’Oise. Selon Le Parisien, le bailleur social Toit et Joie a ainsi déposé trois requêtes devant le tribunal de proximité de Gonesse pour obtenir la résiliation du bail et l’autorisation d’expulsion de trois familles résidant dans ses HLM du parc d’Orgemont.

Le bailleur social dénonce les troubles causés, depuis plusieurs années, par les enfants de ces trois familles. Il invoque notamment les dégradations et vols de 64 voitures en février 2020. L’avocat de Toit et Joie affirme avoir alerté à de nombreuses reprises les familles, sans effet. Par ailleurs, le conseil précise : "Nous menons les procédures jusqu’au bout, mais l’audience ne signifie pas forcément qu’ils seront expulsés". Il affirme également poursuivre "le dialogue avec les locataires" affirmant que "pour nous une expulsion est toujours un échec".

La procédure est très rare pour ce professionnel qui gère 15.000 logements en Île-de-France, dont 20% se situent dans des quartiers prioritaires de la ville (QPV), rappelle Le Parisien. "En 12 ans nous avons dû effectuer seulement trois ou quatre expulsions de ce type sur toute la région", détaille ainsi au quotidien la directrice générale du bailleur. Les familles, elles, tentent de se défendre. La belle-mère (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Nouveau coup dur pour Auchan après l'abandon du projet de la Gare du Nord
Taxe foncière : vers la fin de l’exonération pour les acquéreurs de logements neufs ?
Chine : un défaut de paiement d'Evergrande “n’est qu'une question de temps”, vers un scénario à la Lehman Brothers ?
Immobilier : les villes où les prix des annonces s’envolent
Taxe foncière 2021 : les évolutions des taux ville par ville

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles