Marchés français ouverture 2 h 20 min
  • Dow Jones

    30 046,24
    +454,97 (+1,54 %)
     
  • Nasdaq

    12 036,79
    +156,15 (+1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    26 274,80
    +109,21 (+0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1908
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    26 711,82
    +123,62 (+0,46 %)
     
  • BTC-EUR

    15 782,01
    -244,96 (-1,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    372,12
    +2,37 (+0,64 %)
     
  • S&P 500

    3 635,41
    +57,82 (+1,62 %)
     

Voici la « Go-Pro» des insectes

Edward Back, Journaliste hi-tech
·2 min de lecture

Qui ne s’est pas demandé comment les insectes voient le monde ? Dans un article publié dans la revue Science Robotics, des chercheurs de l’université de Washington apportent une réponse à cette question grâce à une caméra miniaturisée suffisamment petite pour être placée sur le dos d’un insecte. L’appareil permet de suivre les déplacements d’un scarabée en vue à la première personne.

L'ensemble de l’appareil ne pèse que 248 milligrammes, et l’objectif peut pivoter sur 60 degrés grâce à un bras mécanique. Le module a pu être miniaturisé en réduisant la qualité de la caméra qui produit des images monochromes avec une définition jusqu’à 160 x 120 pixels.

L’appareil peut filmer entre 1 et 5 images par seconde et transmet les données vers un smartphone en Bluetooth. Le système dispose d’une autonomie de six heures grâce une batterie de 10 milliampères-heures. Les chercheurs ont pu atteindre une telle durée en y ajoutant à un accéléromètre qui active la caméra uniquement quand l’insecte se déplace.

Les chercheurs font une démonstration de leur caméra miniature. © Université de Washington

Une caméra qui fonctionne sur les insectes et les robots miniaturisés

Cette caméra miniaturisée n’a pas été conçue uniquement pour les insectes, mais également comme un module qui peut être ajouté sur de petits robots. Pour tester l’appareil, les chercheurs ont conçu un robot de 2 centimètres par 1,6 centimètre qui utilise les vibrations pour se déplacer et dispose d’une autonomie de 90 minutes. Les vibrations créent des distorsions dans les images, les obligeant à arrêter le robot pour pouvoir obtenir une photo.

À l’avenir, les chercheurs espèrent pouvoir y inclure un petit panneau solaire pour pouvoir se passer de la batterie. Une telle caméra permettrait d’étudier le comportement des insectes, mais également d’observer des lieux difficiles d’accès. Elle pose cependant le problème du respect de la vie privée dès lors que même des scarabées peuvent être transformés en caméra de surveillance

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura