La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 684,19
    -236,83 (-1,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Glovo : amende record et régularisation de plus de 10.000 coursiers

David Adam Kess / Wikimedia Commons

La plateforme espagnole de livraison Glovo va devoir payer une amende de près de 80 millions d'euros et régulariser plus de 10.000 coursiers pour avoir enfreint le code du travail, a annoncé mercredi 21 septembre la ministre espagnole du Travail. "Le poids de la loi va retomber sur cette entreprise", a déclaré Yolanda Diaz à la presse en annonçant ces sanctions. "Ce qu'a fait Glovo" - accusé d'employer ses livreurs comme travailleurs indépendants, alors qu'ils devaient être considérés comme des salariés, mais aussi d'avoir "fait obstacle à l’Inspection du Travail" - est "gravissime", a ajouté la ministre communiste.

"En conséquence, nous avons agi contre cette entreprise en régularisant plus de 10.600 salariés hommes et femmes" et en lui infligeant une amende "très élevée atteignant presque 79 millions d'euros", a-t-elle encore dit. Dans un communiqué, Glovo a annoncé le dépôt d'un recours contre une "résolution unilatérale". La plateforme a précisé par ailleurs que les faits remontaient à la période 2018-août 2021 avant l'entrée en vigueur d'une loi octroyant en Espagne le statut de salariés aux livreurs des plateformes. Cette loi "riders", dont Mme Diaz est à l'origine et qui est entrée en vigueur en août 2021, a introduit dans le code du travail espagnol une "présomption de salariat" pour tous les coursiers utilisant les applications de livraison comme Uber Eats, Glovo ou Deliveroo.

Peu de temps avant l'entrée en vigueur de cette loi, le groupe britannique Deliveroo avait annoncé (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

CAC 40 : la Bourse de Paris dans le rouge, la Fed déçoit sur les taux
Violation de brevet : Meta condamnée à une très lourde amende
Wall Street : surprise par la Fed, la Bourse de New York termine en baisse
Part de marché : Lidl et Aldi en forte progression, Géant et Intermarché reculent
Crise énergétique : les cinémas dévoilent des mesures pour tenter de réduire leur consommation