La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 316,90
    +492,55 (+2,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Global Dream I et II, les bateaux de croisière géants dont les premiers voyages seront pour la casse

De toute façon, le «Global Dream», ici dans le hall d'assemblage principal du constructeur naval MV Werften à Wismar, le 26 janvier 2022, était moche. | Gregor Fischer / AFP
De toute façon, le «Global Dream», ici dans le hall d'assemblage principal du constructeur naval MV Werften à Wismar, le 26 janvier 2022, était moche. | Gregor Fischer / AFP

Les bateaux de croisière, c'est un fait, sont un désastre environnemental –au point que l'un d'entre eux, l'Aegean Odyssey, a été chassé du port de Nice pour cause de pollution excessive. Que dire alors d'un navire du genre géant, destiné à être le deuxième plus grand en capacité de l'histoire, dont le seul et unique voyage pourrait être pour la casse?

C'est l'édifiante histoire du Global Dream II que rapporte Bloomberg, reprenant une information du magazine spécialisé An Bord. Le navire, en cours de construction, repose encore dans les cales du chantier de MV Werften, une firme déclarée en situation de faillite début 2022.

À lire aussiLe magnétar, l'arme la plus puissante de l'univers

«Sistership» du Global Dream, de la classe Global, le bateau a été imaginé pour l'opérateur hongkongais Dream Cruises, dont la maison mère, Genting Hong Kong Limited a elle aussi bu la tasse en début d'année. Le Global Dream II est donc désormais l'un des actifs que cherche à revendre à tout prix l'administrateur temporaire de MV Werften, Christoph Morgen.

Gâchis

Aucun nouvel acheteur ne s'étant présenté pour acquérir puis faire voguer le Global Dream II, le navire sera démantelé sur cale. Il sera donc déconstruit et vendu à vil prix et en pièces détachées –notamment les machines et équipements déjà livrés–, avant même d'avoir goûté aux joies de l'eau salée.

Le bateau jumeau du Global Dream II, le Global Dream tout court, devrait connaître un destin similaire, malgré quelques velléités de rachat avortées. Le chantier de MV Werften à Wismar, en Allemagne, a quant à lui été racheté par le groupe Thyssenkrupp, qui désire y construire des bateaux de guerre au plus vite, dans un contexte de réarmement de l'Allemagne, en pleine période de tensions avec la Russie.

À lire aussiLentement mais sûrement, la Russie...

Lire la suite sur korii.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles