Publicité
La bourse ferme dans 1 h 25 min
  • CAC 40

    7 581,17
    -47,63 (-0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 893,89
    -21,58 (-0,44 %)
     
  • Dow Jones

    38 834,90
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0747
    +0,0003 (+0,03 %)
     
  • Gold future

    2 343,60
    -3,30 (-0,14 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 524,57
    +227,48 (+0,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 384,86
    +47,11 (+3,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,54
    -0,03 (-0,04 %)
     
  • DAX

    18 086,58
    -45,39 (-0,25 %)
     
  • FTSE 100

    8 208,23
    +16,94 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 570,76
    +88,65 (+0,23 %)
     
  • HANG SENG

    18 430,39
    +514,84 (+2,87 %)
     
  • GBP/USD

    1,2724
    +0,0014 (+0,11 %)
     

Les glaciers suisses fondent de plus en plus vite : 10% en deux ans

Les années extrêmes se succèdent: après avoir perdu 6% de volume en 2022, les glaciers suisses ont encore fondu de 4% en 2023 – deuxième plus gros recul depuis le début des mesures.

Les années extrêmes se succèdent: après avoir perdu 6% de volume en 2022, les glaciers suisses ont encore fondu de 4% en 2023 – deuxième plus gros recul depuis le début des mesures. Comme l’a indiqué jeudi la Commission Suisse pour l’observation de la Cryosphère de l’Académie suisse des sciences naturelles, le volume de glace a diminué de 10% en seulement deux ans.

Les glaciers suisses fondent de plus en plus vite. L’accélération est dramatique: nous avons perdu autant de glace en deux ans qu’entre 1960 et 1990. Les deux années extrêmes consécutives provoquent la désintégration des langues glaciaires et la disparition de nombreux petits glaciers. Les mesures effectuées sur le St. Annafirn (UR), par exemple, ont dû être interrompues.

La perte massive de glace résulte d’un hiver très peu enneigé et de températures élevées en été. La fonte des glaciers a touché toute la Suisse. Dans le sud et l’est de la Suisse, les glaciers ont fondu presque autant que lors de l’année record 2022. Dans le sud du Valais et en Engadine, une fonte de la glace de plusieurs mètres a de nouveau été mesurée à plus de 3200 mètres, alors que les glaciers étaient encore en équilibre à cette altitude il y a quelques années. La perte d’épaisseur atteint jusqu’à 3 mètres (p. ex. sur le glacier de Gries (VS), le glacier du Basòdino (TI), le glacier Pers (GR)), soit beaucoup plus que lors de l’été de la canicule de 2003. La situation entre l’Oberland bernois et le Valais (p. ex. au Grand glacier d’Aletsch (VS), au glacier de la Plaine Morte (BE)) est moins dramatique, en raison du meilleur enneigement de l’hiver dernier, mais on y enregistre tout de même une perte moyenne de plus de deux mètres.

Manque de neige record en hiver

Il est tombé très peu de neige des deux côtés des Alpes au cours de l’hiver 2022/2023 et il a fait très chaud. Il y avait donc beaucoup moins de neige que d’habitude dans toutes les stations. Au-dessus de 1000 mètres d’altitude, on a observé des situations différentes en février et début mars: durant la première moitié de février, les hauteurs de neige mesurées étaient généralement un peu plus élevées que lors des hivers peu enneigés de 1964, 1990 ou 2007. Mais la fonte a atteint de nouveaux records au cours de la deuxième quinzaine de février, et les hauteurs de neige n’atteignaient qu’environ 30% de la moyenne pluriannuelle. Au-dessus de 2000 mètres également, plus de la moitié des stations automatiques disposant de séries de mesures d’au moins 25 ans affichaient de nouveaux records minimaux.

PUBLICITÉ

Au printemps, la situation s’est brièvement normalisée. Mais le mois de juin sec et très chaud a fait fondre le manteau neigeux 2 à 4 semaines plus tôt que d’habitude. Avec le troisième été le plus chaud depuis le début des mesures et une altitude record de la limite du zéro degré jusqu’en septembre, les quelques chutes de neige estivales ont généralement fondu rapidement et n’ont donc pas pu renforcer les glaciers.

VIDÉO - Les procès climatiques peuvent-ils changer la donne ?