La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,44 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 753,90
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    41 292,03
    +690,72 (+1,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,96 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

La glaciation de la Terre, un coup de pouce pour la croissance des organismes unicellulaires ?

·1 min de lecture

À trois reprises au cours de l'histoire de la Terre, celle-ci aurait été entièrement – ou presque – recouverte d'une couche de glace. Il s'agit de l'hypothèse de la Terre « boule de glace » ou « boule de neige ». Si de nombreuses preuves avancent dans ce sens, la communauté scientifique n'est pas unanime : ni sur les modalités, ni sur l'origine de cette glaciation, ni sur les raisons d'une déglaciation. Un paléobiologiste, Carl Simpson, vient d'étayer une nouvelle hypothèse dans la revue The American Naturalist. Lors de la seconde grande glaciation, entre -720 et -650 millions d'années, des organismes unicellulaires se seraient regroupés en organismes multicellulaires pour mieux se propulser dans l'eau.

« Une fois que les organismes grandissent, ils ont un avantage écologique évident car la physique autour de la façon dont ils capturent la nourriture devient totalement différente », souligne Carl Simpson. L'eau salée des océans, à cette période, aurait été tellement froide que sa structure aurait changé sans geler. Elle serait devenue plus épaisse ou plus visqueuse. Une propriété que de gros organismes ne percevraient pas, mais qui serait intenable pour de petits êtres. « Quand vous êtes petit, vous êtes coincé, affirme le chercheur. L'eau vous déplace. »

Par une série d'équations mathématiques, ce scientifique a étudié l'hydrodynamique d'êtres vivants en fonction de leur forme et de leur taille. Résultat ? Mieux valait être gros. « En nageant ensemble, ces cellules auraient pu rester petites au niveau individuel mais produire toujours plus de puissance, estime le chercheur. Elles deviennent à la fois plus grosses et plus rapides en tant que groupe. »

Si l'hypothèse de Carl Simpson est exacte, ces organismes pluricellulaires ressemblaient peut-être à des algues nommées Volvox. © Frank Fox, Wikimedia Commons
Si l'hypothèse de Carl Simpson est exacte, ces organismes pluricellulaires ressemblaient peut-être à des algues nommées Volvox. © Frank Fox, Wikimedia Commons

Travaux en cours

Si le paléobiologiste s'intéresse à cette période, ce n'est pas par hasard. Cette seconde glaciation, nommée glaciation sturtienne, coïncide avec...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles