La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 819,86
    +1 742,64 (+3,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

Girondins de Bordeaux, monument en péril du football français

·2 min de lecture

Alors que François Pinault a appelé le monde du vin à sauver le club aquitain abandonné par son propriétaire, le fonds américain King Street, le sort des Girondins est entre les mains de la banque Rothschild et du mandataire ad hoc Frédéric Abitbol.

Après le communiqué glacial annonçant le 22 avril le désengagement des Girondins de Bordeaux de son actionnaire principal, le fonds d'investissement américain King Street, l'heure est au sauvetage de ce monument du football français. Parmi les premiers à sonner le tocsin: François Pinault, , qui a appelé le monde du vin à s'allier pour monter un projet de reprise. L'initiative, qui a reçu , s'ajoute aux démarches d'investisseurs tels que l'homme d'affaires Bruno Fievet ou l'entrepreneur Pascal Rigo qui se sont montrés intéressés. "Le bal des prétendants, plus ou moins sérieux, a commencé, observe un familier du club aquitain. Tous se disent qu'ils vont pouvoir tenter leur chance et empocher la mise à moindre frais".

Pour cela il faudra toutefois faire bonne figure devant l'administrateur judiciaire Frédéric Abitbol. Le mandataire parisien, qui a été maître d’œuvre du plan de sauvegarde du Groupe Partouche (entre 2013 pour une sortie en 2019) ou a accompagné le plan de reprise de William Saurin par Cofigeo en 2018 et 2019, a été nommé par le Tribune de Commerce mandataire ad hoc, suite à la mise des Girondins de Bordeaux sous protection. En parallèle, le président du club, Frédéric Longuépée a mandaté la banque d'affaires Rothschild pour trouver un repreneur comme l'a écrit .

"Hyper risqué dès le départ"

Roi du secteur des fusions-acquisitions avec les frères ennemis de la banque Lazard, Rothschild connaît parfaitement la maison girondine. Entre 2011 et 2017, M6, propriétaire des Girondins de Bordeaux avait mandaté la banque parisienne pour trouver un nouvel actionnaire. Le dossier avait notamment été géré par Sébastien Proto, alors associé-gérant de la banque et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. Comme l'a déjà raconté à Challenges Nicolas de Tavernost, l'offre la plus sérieuse avait été durant cette période formulée par l’agence Desports, spécialisée dans le marketing et les droits sportif. Cette filiale de Wuhan Dangdai group, un vaste conglomérat chinois pré[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi