Marchés français ouverture 8 h 52 min
  • Dow Jones

    34 869,37
    +71,37 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    14 969,97
    -77,73 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    30 240,06
    -8,75 (-0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,1703
    -0,0015 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    24 208,78
    +16,62 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    36 839,47
    -802,44 (-2,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 062,43
    -39,09 (-3,55 %)
     
  • S&P 500

    4 443,11
    -12,37 (-0,28 %)
     

Les girafes forment des sociétés complexes centrées sur les femelles

·1 min de lecture

Longtemps considérée comme relativement indépendantes, les girafes forment en réalité des sociétés structurées aux caractéristiques variées et étonnantes.

Les girafes (Giraffa camelopardalis - voir à la fin de cet article notre encadré sur la question de la pluralité des espèces de girafes) forment des sociétés complexes basées sur la coopération entre les individus autour d’une structure dite matrilinéaire, c’est-à-dire centrée autour des femelles. Jusqu’ici, les girafes étaient considérées comme ayant des préférences sociales et des schémas sociétaux probables mais ne formant pas vraiment de liens avec leurs pairs. Cette perception venait du fait que les girafes passent une quantité démesurée de temps à se nourrir. En effet, les girafes passent environ 13 heures par jour à s’alimenter contre 4,5 heures en moyenne pour les autres ruminants. Afin d’optimiser leur temps, elles ruminent même en marchant 25% du temps, un comportement unique. Pour un observateur extérieur, il peut sembler que passer l’essentiel de la journée à manger laisse peu de temps pour créer du lien social.

"Déroutant qu'une espèce africaine aussi emblématique que la girafe ait été longtemps si peu étudiée"

L’arrivée utilisant des caméras et des techniques modernes de reconnaissances des individus ont mis en évidence qu’il pourrait y avoir une structure sociale chez les girafes mais celle-ci était encore mal comprise jusqu’à aujourd’hui. Des chercheurs de l’université de Bristol au Royaume-Uni ont effectué une méta-analyse de 404 publications scientifiques consacrées à des groupes de girafes dans la nature et en captivité.

, parue dans Mammal Review, fait une synthèse des connaissances permettant de mieux appréhender l’écologie de cet animal, et dégage de nouveaux axes de recherches sur cette espèce emblématique encore mal connue. "Je trouve déroutant qu'une espèce africaine aussi imposante, emblématique et charismatique ait été si longtemps si peu étudiée. Cet article rassemble toutes les preuves que les girafes sont en fait une espèce sociale très complexe, avec des systèmes sociaux complexes et fonctionnels, potentiellement comparables aux élép[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles