La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 872,13
    -105,95 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    11 456,43
    -165,28 (-1,42 %)
     
  • Nikkei 225

    27 433,40
    +50,84 (+0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,0860
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    22 069,73
    -619,17 (-2,73 %)
     
  • BTC-EUR

    21 294,84
    -579,29 (-2,65 %)
     
  • CMC Crypto 200

    523,03
    -14,84 (-2,76 %)
     
  • S&P 500

    4 035,09
    -35,47 (-0,87 %)
     

Gims explique pourquoi il a accepté de chanter au Qatar

Gims, sur scène avec la Sexion d'Assaut, lors de la 87e édition de la Fête de l'Humanité le 10 septembre 2022.  - Credit:STEPHANE MOUCHMOUCHE / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Gims, sur scène avec la Sexion d'Assaut, lors de la 87e édition de la Fête de l'Humanité le 10 septembre 2022. - Credit:STEPHANE MOUCHMOUCHE / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Fallait-il, ou non, aller chanter au Qatar pour la Coupe du monde ? La question divise depuis les polémiques nées autour de la question des droits de l'homme dans le pays, des conditions de construction des stades et des enjeux écologiques de la planète…

Invité sur France Inter, Gims a brisé le silence en expliquant pourquoi il avait accepté d'aller se produire sur place. « C'est important de refaire la genèse de l'histoire… Ce deal, la Fifa me le propose il y a deux ans, on est dans un cadre spécial, le fameux confinement. On est privé de liberté, on n'est pas bien, beaucoup de gens sont en dépression, le monde est en arrêt... » Et d'ajouter : « On parle de la Coupe du monde, on parle de chanter devant des milliards de personnes, ça ne se refuse pas. »

.@GIMS va chanter en clôture de la Coupe du monde de football au Qatar : "Ce deal la Fifa me le propose il y a 2 ans, c'est le confinement, on parle de chanter devant des millions de personne, ça ne se refuse pas" #le9h10inter pic.twitter.com/ZxGSeZbAxm

— France Inter (@franceinter) November 30, 2022

« Il n'y avait pas de polémiques à ce moment-là… »

Il est bien conscient que sa présence peut susciter des interrogations, mais souligne qu'il y a deux ans, le boycott du Qatar n'était pas d'actualité. « Aujourd'hui, on a des polémiques sur tout ce qui se dit autour du Qatar, des choses qui sont certainement vraies, qui concernent les droits de l'homme. On a l'impression que j'ai accepté le truc avant-hier [...] Lire la suite