La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 290,00
    -92,13 (-0,27 %)
     
  • Nasdaq

    13 327,97
    -102,01 (-0,76 %)
     
  • Nikkei 225

    27 824,83
    -259,67 (-0,92 %)
     
  • EUR/USD

    1,2160
    +0,0013 (+0,11 %)
     
  • HANG SENG

    28 194,09
    +166,52 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    35 378,78
    -3 729,82 (-9,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 188,68
    -9,23 (-0,77 %)
     
  • S&P 500

    4 156,15
    -17,70 (-0,42 %)
     

VIDEO - Gilles Verdez, condamné à 5.000 euros pour diffamation par Bernard de Villardière, réagit

·1 min de lecture

Gilles Verdez est dans la tourmente. Après s’être attiré les foudres de la Toile en accusant la marque Evian de faire de l’islamophobie, le chroniqueur de Touche pas à mon poste a dû affronter… Bernard de Villardière. À l’occasion d’un entretien accordé au journal Le Monde, le journaliste de M6 a donné "un scoop" sur son confrère. "Je viens de faire condamner Gilles Verdez pour diffamation. Il m'a traité d'islamophobe chez Hanouna", a-t-il lancé. Assurant ne "pas du tout être islamophobe", il a souligné : "Au contraire, je pense être un des rares journalistes qui sont allés le plus au chevet des victimes musulmanes des guerres civiles, des trafics". Une affaire judiciaire jusque-là bien gardée par les deux parties qui n’ont jamais fait de commentaire sur celle-ci.

Selon lui, Gilles Verdez ne se serait pas gêné pour "se payer 'Enquête exclusive'" à la moindre occasion. Virulent et visiblement bien décidé à ne pas se laisser faire, le compagnon d'Anne de Savignac a pu compter sur le soutien de M6 pour faire face à cette affaire. Après que l’animateur a déploré une "campagne de dénigrement" à son encontre en 2019, la chaîne a écrit dans un communiqué : "Ce chroniqueur dont le seul talent est l'insulte, et le fonds de commerce la polémique a déjà dans le passé tenu des propos déplacés à l'égard de Bernard de La Villardière".

De son côté, Gilles Verdez s’est exprimé le lundi 19 avril 2021. Sur le plateau de Cyril Hanouna, le compagnon de Fatou est revenu sur l’affaire. "Bernard de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite