La bourse ferme dans 6 h 1 min
  • CAC 40

    4 885,67
    -23,97 (-0,49 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 152,49
    -46,37 (-1,45 %)
     
  • Dow Jones

    28 335,57
    -28,13 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1818
    -0,0050 (-0,43 %)
     
  • Gold future

    1 904,20
    -1,00 (-0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    11 067,30
    +29,84 (+0,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    262,44
    +0,98 (+0,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    38,95
    -0,90 (-2,26 %)
     
  • DAX

    12 383,16
    -262,59 (-2,08 %)
     
  • FTSE 100

    5 846,65
    -13,63 (-0,23 %)
     
  • Nasdaq

    11 548,28
    +42,28 (+0,37 %)
     
  • S&P 500

    3 465,39
    +11,90 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    23 494,34
    -22,25 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    24 918,78
    +132,68 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3058
    +0,0019 (+0,15 %)
     

"Gilets jaunes" : 17 personnes seront jugées pour le saccage de l'Arc de Triomphe, mais pas les principaux auteurs

franceinfo avec AFP
·2 min de lecture

Les principaux responsables des dégradations, commises le 1er décembre 2018, n'ont pas été identifiés.

Après l'immense émoi, des procès a minima. Dix-sept personnes seront jugées, notamment pour des "dégradations" et des "vols", après le saccage de l'Arc de Triomphe le 1er décembre 2018 lors d'une manifestation de "gilets jaunes" à Paris, mais les principaux auteurs n'ont pas été retrouvés.

Lors de l'acte 3 des manifestations du mouvement, le monument avait été le théâtre de scènes insurrectionnelles qui avaient marqué les esprits et fait le tour des médias et des réseaux sociaux. Réunis autour de la flamme du soldat inconnu, des manifestants avaient entonné la Marseillaise dans les nuages de gaz lacrymogène et des tags anti-Macron avaient été peints au pied du monument, pourtant initialement protégé par un périmètre de sécurité.

A l'intérieur, du mobilier avait également été détruit et cinq œuvres d'art endommagées. Le préjudice a été évalué à plus d'un million d'euros.

A l'extérieur, outre les dix commerces pillés et les vitrines endommagées, la centaine de véhicules et deux-roues incendiés, la journée avait donné lieu à 412 interpellations et au placement en garde à vue de 378 personnes. Emmanuel Macron s'était rendu symboliquement le lendemain au pied du monument.

La moitié des prévenus ont un casier vierge

Dans l'ordonnance de renvoi, signée fin août, les juges d'instruction regrettent que "les instigateurs, voire les principaux auteurs des faits, n'ont pu être identifiés pour les violences et dégradations (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi