La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 568,82
    +87,23 (+1,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 109,10
    +50,05 (+1,23 %)
     
  • Dow Jones

    35 061,55
    +238,20 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1770
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 802,10
    -3,30 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    29 308,51
    +326,21 (+1,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    786,33
    -7,40 (-0,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,17
    +0,26 (+0,36 %)
     
  • DAX

    15 669,29
    +154,75 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 027,58
    +59,28 (+0,85 %)
     
  • Nasdaq

    14 836,99
    +152,39 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    4 411,79
    +44,31 (+1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 548,00
    +159,80 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    27 321,98
    -401,86 (-1,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3754
    -0,0013 (-0,10 %)
     

Le "gilet jaune" à la main arrachée devant l'Assemblée nationale provisoirement indemnisé

·2 min de lecture

Selon une décision de justice consultée samedi, le "gilet jaune" Sébastien Maillet, dont la main a été arrachée lors d'une manifestation à proximité de l'Assemblée nationale, a été provisoirement indemnisé. Le tir de grenade à l'origine de l'accident n'était "ni nécessaire ni proportionné", précise la décision.

Sébastien Maillet, un "gilet jaune" dont la main a été arrachée lors d'une manifestation en 2019 à Paris, a été provisoirement indemnisé pour ce tir de grenade "ni nécessaire ni proportionné", selon une décision de justice consultée samedi par l'AFP. La Commission d'indemnisation des victimes d'infraction (Civi) du tribunal judiciaire de Paris lui a accordé le 10 juin 8.000 euros d'indemnisation provisoire, selon cette décision révélée par le journaliste indépendant David Dufresne et le média en ligne Blast.

Un lancer de grenade "ni nécessaire ni proportionné"

"Sébastien Maillet a été blessé par un tir de grenade GLI-F4 au cours d'une manifestation qui présente le caractère matériel d'une infraction de violences, le lancer de grenade n'étant ni nécessaire ni proportionné" à "la réalité des violences subies par les forces de l'ordre", a estimé la Civi. Selon la décision, "la légitime défense ne peut lui être opposée". Outre l'indemnisation provisoire, une expertise a été ordonnée.

Le 9 février, à proximité de l'Assemblée nationale, Sébastien Maillet, alors âgé de 30 ans, avait eu la main arrachée par l'explosion d'une grenade GLI-F4, une arme jugée dangereuse par les manifestants qui réclament son interdiction. Lors de l'audience le 15 avril devant la Civi, Sébastien Maillet avait indiqué que "lorsqu'il avait reçu à ses pieds un projectile jeté par un gendarme, ignorant (sa) nature, il s'était penché et avait tendu la main pour se protéger, mais la grenade avait explosé et lui...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles