Publicité
La bourse ferme dans 6 h 40 min
  • CAC 40

    7 595,38
    -112,64 (-1,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 891,49
    -44,01 (-0,89 %)
     
  • Dow Jones

    38 647,10
    -65,11 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0694
    -0,0048 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    2 333,30
    +15,30 (+0,66 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 793,20
    -397,36 (-0,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 427,65
    +9,78 (+0,69 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,07
    -0,55 (-0,70 %)
     
  • DAX

    18 153,93
    -111,75 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    8 147,40
    -16,27 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    17 667,56
    +59,12 (+0,34 %)
     
  • S&P 500

    5 433,74
    +12,71 (+0,23 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2723
    -0,0038 (-0,30 %)
     

Gianmarco Monsellato (Deloitte) : « Avec la directive CSRD, pour une fois, l’Europe a pris la bonne décision »

DR

En prélude au Sommet du Bien commun, Gianmarco Monsellato, président de Deloitte France & Afrique francophone, donne un satisfecit à l’Union européenne pour sa directive « Environnement » entrée en vigueur cette année.

Challenges - Comment mesurer l’impact de la transition dans les comptes des entreprises ?

Gianmarco Monsellato - Il n’y avait jusqu’ici aucune contrainte réglementaire et les entreprises s’y attelaient pour répondre notamment aux questions des investisseurs et des autorités de marché. Tout va changer en Europe avec l’application progressive – jusqu’en 2028, selon la taille des sociétés – de la directive CSRD (Corporate Sustainability Reporting Directive). Il s’agira justement d’apprécier l’impact de la transition sur la performance et la résilience de l’entreprise, en tenant compte des externalités que son activité génère.

Concrètement, à quoi cela ressemblera-t-il ?

Je prends deux exemples. D’abord le cas d’une entreprise de services, dont les collaborateurs se déplacent régulièrement en avion. Le coût des émissions de gaz à effet de serre lié à ces voyages n’est pas reconnu en comptabilité ; en revanche, il devra être apprécié par les entreprises dans leur trajectoire de décarbonation et leur plan de transition. L’entreprise devra notamment communiquer sur les dispositifs de tarification interne du carbone mis en place pour encourager les changements de comportement en interne.

PUBLICITÉ

Autre exemple avec une entreprise industrielle, qui doit changer à terme ses process pour les décarboner : le prix interne du carbone permettra ici de limiter les investissements dans des projets carbonés qui pourraient devenir plus coûteux dans le futur. L’entreprise précisera également sur combien de temps cette transition va s’opérer, ses plans d’investissement et à quel rythme elle dépréciera ses actifs « gris », qui sont appelés à disparaître. On sait qu’à l’horizon 2050, c’est environ 300 milliards de dollars qu’il faudra déprécier chaque année pour réaliser la transition, particulièrement dans les secteurs de la construction et de la production d’énergies fossiles.

Lire aussiComment atteindre la neutralité carbone sans perdre de croissance ?

Quelle est la logique de cette réforme ?

Il s’agi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi