Publicité
La bourse ferme dans 1 h 54 min
  • CAC 40

    7 314,59
    +3,82 (+0,05 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 396,91
    +14,44 (+0,33 %)
     
  • Dow Jones

    35 987,11
    +36,22 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0871
    -0,0022 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    2 056,20
    -1,00 (-0,05 %)
     
  • Bitcoin EUR

    35 286,12
    +550,21 (+1,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    793,52
    +1,96 (+0,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    75,80
    -0,16 (-0,21 %)
     
  • DAX

    16 289,60
    +74,17 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 482,11
    +28,36 (+0,38 %)
     
  • Nasdaq

    14 142,97
    -83,25 (-0,59 %)
     
  • S&P 500

    4 556,76
    -11,04 (-0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    33 431,51
    -55,38 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    16 830,30
    -212,58 (-1,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2629
    +0,0001 (+0,01 %)
     

Gendarme de Vémars : « On est tous en état de choc »

Sur son compte Facebook, le gendarme, Sylvain C. affiche un sourire radieux aux côtés de ses trois filles âgées de 5 à 10 ans. Les enfants font des grimaces et semblent heureuses. Mais dimanche 29 octobre, le père de famille, âgé de 43 ans, a vraisemblablement assassiné ses trois fillettes avant de se donner la mort.

Ce sont deux collègues de l’adjudant à la brigade des transports aériens de l’aéroport de Roissy qui ont fait la macabre découverte dimanche après-midi. Le drame survient sur fond d’une séparation du couple, en instance de divorce.

Image

Le 15 octobre, le père de famille publiait une photo accompagné des trois fillettes faisant des grimaces © DR

Si on en sait peu à ce stade sur les circonstances de ce passage à l’acte, il occasionne un vif émoi dans la petite commune de Vémars dans le Val d'Oise où la famille vivait. « On est tous en état de choc », commente une mère de famille dont la fille était dans la même classe que l’une des petites victimes.

Elle espère qu’une cellule psychologique sera mise en place à la rentrée scolaire pour les camarades de classe des trois enfants scolarisées en maternelle et en primaire à Vémars.


Retrouvez cet article sur ParisMatch