Marchés français ouverture 5 h 43 min
  • Dow Jones

    34 742,82
    -34,94 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    13 401,86
    -350,38 (-2,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 847,26
    -671,08 (-2,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,2136
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    28 595,66
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    45 631,50
    -3 159,71 (-6,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 451,87
    -109,42 (-7,01 %)
     
  • S&P 500

    4 188,43
    -44,17 (-1,04 %)
     

Gel : "Une catastrophe économique nationale se profile", alerte la présidente de la FNSEA

·2 min de lecture

La présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, était ce dimanche matin sur Europe 1 pour réagir à l'épisode historique de gel qui a touché les agriculteurs français ces deux dernières semaines. "Un drame national", selon elle, mais l'aide d'un milliard d'euros annoncé par le Premier ministre est "un premier ballon d'oxygène".

"La perte est historique, jamais atteinte", a réagi Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, au micro d'Europe 1 ce dimanche matin. Elle est revenue sur l'épisode de gel qui a pris de court les agriculteurs de toute la France ces deux dernières semaines. "C'est une catastrophe économique nationale qui se profile", alerte-t-elle. "Pour le vin et la viticulture, l'estimation est à 2 milliards de pertes, pour les fruits, c'est 1,5 milliards, et je ne parle pas des betteraves et des autres cultures", a précisé la présidente. 

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé la veille une aide d'un milliard d'euros. "Un milliard, c'est le quart de cette perte", a commenté Christiane Lambert, soulagée tout de même car "c'est un premier ballon d'oxygène indispensable pour donner de la trésorerie à des agriculteurs qui se retrouvent avec zéro recette du jour au lendemain".

"Psychologiquement, c'est dramatique"

Pour certains agriculteurs durement touchés, ce sera une année et demi sans recette. "Une perte de cette ampleur, c'est un drame national, d'où l'importance de la solidarité nationale", a ainsi déclaré la présidente de la FNSEA. "Il faut aussi penser à toutes les entreprises en aval", a ajouté Christiane Lambert. "Celles qui n'auront pas de fruits pour faire les compotes, les jus de fruits, les boissons, pas de salariés pour calibrer, trier, emballer, pas de jeunes pour les jobs d'été dans les vignes et les vergers", s'est-elle inquiétée.

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :