La bourse ferme dans 4 h 15 min
  • CAC 40

    6 659,29
    -28,50 (-0,43 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 922,14
    -17,05 (-0,43 %)
     
  • Dow Jones

    33 596,34
    -350,76 (-1,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0500
    +0,0031 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    1 783,90
    +1,50 (+0,08 %)
     
  • BTC-EUR

    16 011,85
    -289,25 (-1,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    394,24
    -7,56 (-1,88 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,28
    +0,03 (+0,04 %)
     
  • DAX

    14 283,40
    -59,79 (-0,42 %)
     
  • FTSE 100

    7 517,94
    -3,45 (-0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 014,89
    -225,05 (-2,00 %)
     
  • S&P 500

    3 941,26
    -57,58 (-1,44 %)
     
  • Nikkei 225

    27 686,40
    -199,47 (-0,72 %)
     
  • HANG SENG

    18 814,82
    -626,36 (-3,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,2150
    +0,0017 (+0,14 %)
     

Geely, un partenaire chinois de Renault aux ambitions mondiales

Le constructeur automobile Renault, qui a annoncé mardi une réorganisation de ses activités, s'associe désormais pour ses moteurs au chinois Geely, un groupe aux ambitions mondiales clairement affichées.

Renault et Geely vont donner naissance à "Horse", une filiale destinée aux voitures thermiques et hybrides, qui comptera 19.000 employés. Voici ce qu'il faut savoir sur Geely.

- Du frigo à l'auto -

Geely était à sa création en 1986 un fabricant d'électroménager à bas coût, qui produisait des pièces pour réfrigérateurs.

Après une parenthèse dans les matériaux de construction, le groupe prend un virage à la fin des années 1990 et lance ses premiers scooters.

Cette expérience servira de tremplin à la marque pour s'enraciner dans l'automobile.

Geely devient l'un des premiers constructeurs privés de Chine, face aux mastodontes publics qui dominent alors le secteur automobile.

- Coup de maître -

En 2010, Geely ne pèse que quelques miettes sur l'immense marché chinois, avec des véhicules d'entrée de gamme.

Inconnu hors de Chine, le groupe réalise un coup de maître en rachetant pour 1,5 milliard de dollars l'emblématique marque suédoise Volvo.

Cette opération audacieuse permet à Geely de mettre la main sur un constructeur haut de gamme, réputé pour la sécurité et la robustesse de ses modèles. Deux qualités qui constituaient le talon d'Achille des constructeurs chinois.

Geely en tire avantage en Chine et y muscle ses ventes grâce à une marque de renommée mondiale.

- Boulimie d'actifs -

Après le rachat en 2013 d'un fabricant britannique de taxis, Geely effectue une rafale d'investissements.

Il devient en 2017 l'actionnaire majoritaire des emblématiques voitures de sport anglaises Lotus, puis de la start-up américaine Terrafugia, spécialiste des voitures volantes.

Un an plus tard, nouveau coup de tonnerre: Geely devient le premier actionnaire de l'allemand Daimler, la maison-mère de Mercedes-Benz.

L'irruption chinoise dans le capital d'un fleuron national en Allemagne suscite alors l'inquiétude.

- Un pied en Europe -

Geely, qui veut se renforcer en Europe, lance en étroite coopération avec Volvo sa marque Lynk&Co. Elle cible une clientèle jeune et connectée.

Depuis 2020, la marque a donné naissance à des petites voitures électriques très sophistiquées, conçues en Chine mais fabriquées... en Belgique.

- Culot et discrétion -

Derrière Geely se cache un autodidacte chinois devenu milliardaire: Li Shufu.

Ce fils de paysan a d'abord fait ses armes dans la photo, en empruntant dans les années 80 de l'argent à ses parents pour s'acheter un appareil. Il ouvre ensuite un petit studio avant de tout abandonner pour fonder une modeste usine d'électroménager, qui deviendra sur le tas le groupe Geely.

Avec 13,8 milliards de dollars d'actifs, M. Li est la 111e fortune du monde, selon le classement Bloomberg des milliardaires.

sbr/ehl/mlb/spi