GDF Suez : la création de valeur actionnariale en question...

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
GAZ-U.TI19,880,21
012750.KS82 500,00+500,00
^REURUSD1 725,64+31,71

"4 années d'objectifs annuels révisés en baisse habillés dans une stratégie brillante et brouillant les cartes", c'est le titre de la note d'analyse d'Alphavalue suite à l'annonce de GDF Suez (TLO: GAZ-U.TI - actualité) concernant ses objectifs la semaine dernière et à la journée de présentation réservée aux analystes.

"Les exercices 2013 et 2014 devraient être plus difficiles, mais ils seront soutenus par le maintien d'une forte demande sur les marchés émergents en croissance et par la consolidation complète de l'acquisition d'intérêts minoritaires dans International Power (Dusseldorf: 380794.DU - actualité) achevée mi-2012. Sur ces marchés, les projets en cours augmenteront la capacité installée de GSZ de plus de 20% et le redéploiement des activités de GNL vers l'Asie devrait contribuer à doubler le chiffre d'affaires GNL d'ici 2020", analyse Alphavalue.

Le bureau d'analyse note aussi qu'en Europe (Chicago Options: ^REURUSD - actualité) , la croissance du groupe sera soutenue à la fois par le développement des activités d'efficacité énergétique, avec un objectif d'augmentation de 40% du chiffre d'affaires d'ici 2017, et par la mise en service d'une capacité additionnelle de 2,000 MW de renouvelables d'ici 2017.

Cependant, pour Alphavalue, la principale surprise n'a pas été l'ampleur de la révision des objectifs ni la réorganisation des actifs, mais le fait que depuis 2009, "GSZ a revu à la baisse chaque année ses objectifs de moyen terme avec les mêmes mots-clés" Et de lister : "coûts d'efficacité, simplification des structures, demande des marchés émergents, augmentation des capacités de 20% au cours des deux prochaines années grâce aux centrales en construction, objectifs ambitieux en termes de services énergétiques (qui n'ont jamais été atteints jusqu'à présent), nouveaux partenariats, dividendes élevés, cessions d'actifs."

"Si la structure des coûts pouvait être réduite de 3,5 MdsE sans coûts sociaux, pourquoi cela n'a-t-il pas été fait plus tôt?", questionne Alphavalue...

Deux autres interrogations embêtent encore l'analyste : "Si les marchés émergents sont si rentables, comment se fait-il que leur contribution attendue pour 2013 (annoncée comme objectif en 2010/2011) ne soit plus un sujet alors même qu'International Power a été racheté et entièrement consolidé?"

"Si les gaz de schiste apportent une contribution si importante au nouveau cadre difficile, pourquoi GSZ a-t-il indiqué lors de la présentation du S1 (KSE: 012750.KS - actualité) 2012 que son impact serait très lent?"

Dans l'ensemble, GDF Suez est vitale pour l'économie, explique en conclusion Alphavalue, qui pense qu'elle surmontera toute crise économique et a "la taille et de la culture adéquates pour saisir de nouveaux marchés et les nouvelles technologies".

"La création de valeur actionnariale est une autre histoire. On peut se demander s'il s'agit vraiment d'un objectif réalisable dans le cadre du business model de GDF Suez", écrit l'analyste, qui révise en baisse ses prévisions de bénéfices pour 2013-2014 et son objectif de cours de 20%, tout en restant à l'achat.