Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 639,08
    -752,27 (-1,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 400,47
    -17,41 (-1,23 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0075 (-0,59 %)
     

Gaza : Villepin appelle les Occidentaux à « ouvrir les yeux sur le drame » et se fait applaudir à gauche

Comme François Ruffin, plusieurs élus membres de la France insoumise relaient les mots « justes et forts » de l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac.

Gaza : Villepin appelle les occidentaux à « ouvrir les yeux sur le drame historique » et se fait applaudir à gauche
Gaza : Villepin appelle les occidentaux à « ouvrir les yeux sur le drame historique » et se fait applaudir à gauche

POLITIQUE - Une sortie saluée. L’ancien Premier ministre Dominique de Villepin, est applaudi ce vendredi 27 octobre par de nombreux responsables politiques, surtout à gauche, après une interview remarquée sur BFMTV à propos de la situation au Proche-Orient.

Dans cet entretien, l’homme du « non » à la guerre en Irak en 2003, joue l’équilibriste en alertant sur le « piège tendu par le Hamas », celui de « l’horreur maximale », tout en appelant les Occidentaux à éviter le « deux poids deux mesures » sur le soutien aux populations civiles.

« Les Occidentaux doivent ouvrir les yeux sur l’ampleur du drame historique qui se joue devant nous pour trouver les bonnes réponses », a-t-il aussi déclaré, invitant à ne pas « assassiner l’avenir » après « le drame du 7 octobre. » « Il y a bien sur ces horreurs (les attaques du Hamas), mais la façon d’y répondre est essentielle », a-t-il insisté, soucieux du sort des civils à l’heure où Israël prépare une offensive terrestre dans la bande de Gaza et ne cesse de bombarder l’enclave de Gaza.

« Encore une parole juste et forte »

Une séquence, publiée sur les réseaux sociaux de BFMTV, qui trouve un écho particulier à gauche, où certains tentent de faire entendre le même discours. « La voix de la France, celle qu’on voudrait entendre aujourd’hui, de Tel Aviv à Ramallah, de New York à Paris », salue ainsi le député insoumis François Ruffin, en partageant l’analyse de Dominique de Villepin sur le réseau social X (Twitter). Une façon de critiquer aussi Emmanuel Macron, un « chef de l’État qui improvise une coalition pour la guerre plutôt que d’organiser une coalition pour la paix ».

Comme le député de la Somme, plusieurs élus membres de la France insoumise ont d’ailleurs relayé les mots de l’ancien Premier ministre (2005-2007). « Cette parole manque aujourd’hui à la diplomatie française », écrit ainsi le député de Paris Aymeric Caron. « Encore une parole juste et forte », ajoute son collègue des Hauts-de-Seine Aurélien Saintoul.

PUBLICITÉ

Du côté des socialistes, le parlementaire de l’Eure Philippe Brun salue pour sa part « le dernier souvenir de l’époque où la vie politique française n’était pas dominée par une vision néoconservatrice et binaire des relations internationales. » N’en jetez plus.

S’il est copieusement applaudi par la gauche, Dominique de Villepin l’est beaucoup moins par ses anciens collègues de droite. Dans la même interview, sur BFMTV, le chef de la diplomatie française entre 2002 et 2004 dit souhaiter « une réponse proportionnée » aux exactions du Hamas qui implique de « ne pas confondre les Palestiniens » avec le groupe terroriste.

« Les populations civiles qui sont en train de mourir à Gaza, elles n’existent pas ? Parce que l’horreur a été commise, il faut que l’horreur soit commise de l’autre côté ? » s’est-il emporté. Et de plaider pour la nécessité d’une « réponse ciblée » contre les dirigeants du Hamas, mais qui « soit attentive à éviter les souffrances des populations civiles. »

De quoi s’attirer les foudres du député Les Républicains des Français de l’étranger Meyer Habib, proche du gouvernement de Benjamin Netanyahou. « Israël est un État moral, et il ne peut y avoir de proportionnalité face à cette barbarie sanguinaire », écrit ce dernier sur les réseaux sociaux, en réponse à l’ancien diplomate et en insistant sur les atrocités commises par le Hamas durant ses attaques menées le 7 octobre dernier.

VIDÉO - "Pour le moment, il n'y a aucune porte de sortie": Le témoignage d'Oday, français bloqué à Gaza, sur BFMTV