Publicité
La bourse ferme dans 3 h 38 min
  • CAC 40

    8 123,24
    +31,13 (+0,38 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 055,14
    +29,97 (+0,60 %)
     
  • Dow Jones

    39 671,04
    -201,95 (-0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,0851
    +0,0023 (+0,22 %)
     
  • Gold future

    2 369,90
    -23,00 (-0,96 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 478,66
    -37,00 (-0,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 509,49
    +6,83 (+0,45 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,11
    +0,54 (+0,70 %)
     
  • DAX

    18 743,72
    +63,52 (+0,34 %)
     
  • FTSE 100

    8 374,77
    +4,44 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    16 801,54
    -31,08 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 307,01
    -14,40 (-0,27 %)
     
  • Nikkei 225

    39 103,22
    +486,12 (+1,26 %)
     
  • HANG SENG

    18 868,71
    -326,89 (-1,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,2737
    +0,0017 (+0,13 %)
     

Gaza: Pedro Sánchez a "un doute légitime" sur le respect du droit international par Israël

KENZO TRIBOUILLARD

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a estimé vendredi qu'il existait "un doute légitime" sur le respect par Israël du droit international dans ses opérations militaires dans la bande de Gaza lancées après l'attaque du Hamas le 7 octobre.

"C'est un doute légitime que nous pouvons tous avoir après avoir vu les images, la souffrance et le déplacement de plus d'un million de Gazaouis depuis trois semaines", a-t-il déclaré à Bruxelles, où il participait à un sommet européen, en réponse à une question de journalistes espagnols.

"Les images que nous voyons d'une population qui souffre à Gaza, et surtout des enfants (...) ça me semble absolument inacceptable", a-t-il poursuivi, alors que l'enclave palestinienne est toujours pilonnée par l'armée israélienne.

40 millions d'euros pour les Palestiniens

Le dirigeant espagnol a souligné que l'Espagne avait "toujours défendu (le principe de) la pause humanitaire, parce que la priorité, il me semble, pour la communauté internationale, doit être la libération des otages, immédiatement et sans aucun type de conditions".

PUBLICITÉ

Il faisait ainsi écho à la position commune des 27, qui ont réclamé jeudi soir "des pauses" dans le conflit entre Israël et le Hamas afin de faciliter l'accès à l'aide humanitaire pour les civils à Gaza. Emmanuel Macron est allé un peu plus loin ce vendredi en réclamant une "trêve".

La position de Madrid, affirmée à plusieurs reprises par Pedro Sánchez depuis l'attaque sanglante lancée le 7 octobre par le Hamas contre des civils israéliens, est qu'Israël a "le droit de se défendre, mais toujours dans les limites du droit international humanitaire".

Par ailleurs, lors d'une conférence à Barcelone, le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a annoncé que Madrid allait doubler "dans quelques jours" son aide à la population palestinienne pour la porter à environ 40 millions d'euros, contre 21 actuellement.

Article original publié sur BFMTV.com