La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 622,77
    -71,38 (-0,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Se garer dans les bois de Paris va vous coûter moins cher

Flickr

Les automobilistes franciliens devraient se réjouir de cette nouvelle : la mairie de Paris va finalement revoir à la baisse les tarifs de stationnement payant qui s'appliquent dans les bois de Boulogne et de Vincennes, après s'y être, dans un premier temps, opposée. À compter du 1er mars 2023, un tarif visiteur de 1,50 euro pour les deux-roues et de 3 euros pour les voitures permettra de stationner trois heures, chaque jour de la semaine, rapporte Le Parisien, le 5 janvier dernier. Le stationnement reste gratuit les dimanches et les jours fériés.

D'autres concessions ont été accordées : un tarif résidentiel pour ceux qui vivent sur les péniches du bois de Boulogne, et pour les gens du voyage stationnés sur l’aire de la route des Tribunes, ainsi que pour les gérants employés des concessions des bois, explique le quotidien. Jusqu'en octobre 2021, les Parisiens pouvaient s'y garer gratuitement tous les jours de la semaine. Mais la Ville de Paris avait décidé de rendre le stationnement payant, les automobilistes devant alors payer des prix jugés prohibitifs : 4 euros l'heure, 16 euros les trois heures, et 50 euros la journée.

La décision, justifiée par le fait de lutter contre les voitures ventouses, des véhicules qui restent stationnés plus de sept jours sur le même emplacement, avait entraîné une levée de boucliers des Franciliens et des élus locaux. Le bois de Boulogne étant mal desservi par les transports en commun, le maire LR du XVIe plaidait pour la mise en place de tarifs (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Décentralisation : des collectivités récupèrent la gestion de routes nationales et d'autoroutes
Mobilité : après le vélo, les Pays-Bas à la pointe en matière de véhicules adaptés aux personnes handicapées
Voici combien de voitures radars flashent sur les routes de France
ZFE : quelles sont les villes qui ont commencé à verbaliser ?
Les prix des locations de voitures ont flambé en 2022 : les tarifs en France et à l'étranger