Gare aux arnaques à l'or

L'or attire de plus en plus les investisseurs. Attention à ce qui brille trop, car les arnaqueurs sont à l'affût de vos faiblesses.

Depuis son record absolu du 6 septembre 2011 (à 1.921 dollars l'once, soit plus de 67.000 dollars le kilo), le cours de l'or a quelque peu baissé, mais reste à des prix historiquement très élevés. Rappelons seulement qu'en 10 ans, le prix du métal jaune a tout simplement été multiplié par cinq !

Les crises financières à répétition ne sont pas étrangères à cette belle trajectoire, l'or servant alors de valeur-refuge: on l'achète lorsqu'on ne sait guère quoi acheter d'autre, avec la conviction que sa valeur ne risque pas de baisser de manière trop forte. Très prisé en bijouterie, qui représente près de la moitié de la demande mondiale (plus de 4.000 tonnes par an), l'or a en effet la particularité d'être facilement stockable et transportable, du fait de sa très forte densité. Un kilo d'or représente un cube de 3,7 centimètres de côté: facile de se balader avec 41.000 euros dans la poche.


La très classique arnaque à la bague

Mais comme tout ce qui brille trop aux yeux des masses, l'or attire aussi les arnaqueurs ! L'une de ces arnaques semble tellement énorme qu'on est surpris de lire ici et là que des gogos s'y laissent encore prendre. La scène se déroule généralement dans un lieu touristique, misant sur le fait que le chaland y est plus détendu qu'ailleurs: une personne se baisse et ramasse à terre une bague de couleur dorée avant de vous la tendre en faisant mine de croire que c'est vous qui venez de la perdre. L'escroc en quête de proie engage alors la conversation et "découvre" au passage que la bague est poinçonnée (pas de doute, c'est de l'or véritable !) et qu'elle vous va comme un gant (la victime est souvent une femme, censée être plus sensible au jaune brillant). En conclusion, l'escroc va évidemment vous demander gentiment une somme de quelques dizaines d'euros pour cette bague qu'il a trouvé et qui vous sied à ravir: une somme qui semble modique au regard de la valeur supposée de la bague, sauf qu'elle n'est pas en or pur, évidemment ! Car tout ce qui brille comme l'or n'en est pas entièrement constitué : les bijoux plaqués or sont majoritairement constitué d'un métal ou d'un alliage commun comme le cuivre ou le laiton, lequel est recouvert d'une couche d'or qui peut n'être épaisse que de 3 microns, au regard de la réglementation française.


Après les coups fourrés, les lingos fourrés...

L'arnaque des lingots "fourrés" au tungstène (seule la partie externe du lingot est constituée d'or véritable) peut avoir des conséquences financières plus lourdes, car les sommes en jeu sont moins dérisoires. "Les premiers faux lingots sont apparus il y a cinq ou six ans, explique Jean-François Faure, président du site d'achat en ligne d'or physique Aucoffre.com. Des banques centrales en avaient fabriqué pour duper des trafiquants en leur donnant de fausses pistes. Mais tout a fini par se mélanger..." Le coup de l'arroseur arrosé, en somme. Le même principe a été dupliqué par une bande de malfaiteurs, arrêtés en octobre 2011 à Libourne, sur des pièces de 50 pesos mexicains qui étaient vendues moitié prix. Pour débusquer cette arnaque, il faut cette fois être un peu outillé. Le test le plus évident pour savoir si un objet est entièrement constitué d'or est de mesurer d'un côté son volume et de l'autre son poids, et de vérifier que les résultats sont conformes à la densité de l'or qui est de 19,3, ce qui signifie qu'un volume donné d'or est 19,3 fois plus lourd que le même volume d'eau. Toute la subtilité de l'arnaque au tungstène est que ce métal a une densité équivalent à l'or et que le test sera donc concluant. Même un passage aux rayons X ne permettra pas de déceler l'arnaque: il faudra recourir aux ultra-sons pour découvrir la supercherie.


Quand l'arnaque devient un bon plan !

Quantité d'autres arnaques à l'or existent, à commencer par la vente de "poudre d'or" mélangée à d'autres résidus métallique, où l'on vous explique que vous trouverez un certain pourcentage de métal précieux et où, au moment de l'analyse, le compte n'y est pas. Mais la plus belle est sans doute celle du faux Napoléon 20 francs-or apparu dans les années 1860, sorte de version ancestrale des lingots fourrés. Le coeur de ces pièces recouvertes d'une fine couche d'or était en fait en platine, métal assez proche de l'or en densité, mais qui n'intéressait alors personne et était donc très bon marché. Ironie de l'histoire, le platine, par la suite, a longtemps valu plus cher que l'or (dans les récompenses de l'industrie musicale, un disque de platine vaut ainsi plus qu'un disque d'or) avant d'être rattrapé et dépassé à nouveau par le métal jaune. Mais les faux Napoléon sont aujourd'hui des pièces de collection qui s'échangent cinq fois plus cher que les vrais. Qui sait ? Peut-être un gogo de l'époque a-t-il en définitive fait, sans le savoir, la fortune de ses héritiers !

Emmanuel Schafroth

Lire aussi
Il ne faut pas se ruer vers l'or !