La bourse ferme dans 7 h 42 min
  • CAC 40

    6 646,44
    +30,09 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 156,12
    +23,45 (+0,57 %)
     
  • Dow Jones

    34 393,75
    -85,85 (-0,25 %)
     
  • EUR/USD

    1,2149
    +0,0027 (+0,22 %)
     
  • Gold future

    1 869,00
    +3,10 (+0,17 %)
     
  • BTC-EUR

    33 136,58
    -90,23 (-0,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 012,49
    +43,65 (+4,50 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,10
    +0,22 (+0,31 %)
     
  • DAX

    15 769,40
    +95,76 (+0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 179,29
    +32,61 (+0,46 %)
     
  • Nasdaq

    14 174,14
    +104,72 (+0,74 %)
     
  • S&P 500

    4 255,15
    +7,71 (+0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    29 441,30
    +279,50 (+0,96 %)
     
  • HANG SENG

    28 658,38
    -183,75 (-0,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,4116
    +0,0008 (+0,06 %)
     

Gare au "wash wash", la nouvelle escroquerie aux billets

·1 min de lecture

L'arnaque aussi appelée "escroquerie au billet noir" fait croire aux acheteurs que les billets noirs peuvent être nettoyés.

L'alerte a été donnée par deux habitants du village d'Amilly dans le Loiret qui voulaient vendre leur maison. Selon France Bleu Orléans, tout commence en février 2021, lorsqu'ils sont mis en relation avec un acheteur potentiel. L'homme leur fait une offre, mais leur dit qu'il préférerait payer une partie des 230.000 euros de la maison en liquide pour éviter des frais de notaire trop importants. Jusque-là, le couple ne s'y oppose pas. Mais ils ne se doutaient pas qu'ils allaient être victimes d'une tentative de "wash wash", comme les policiers décrivent cette escroquerie. 

Le but pour l'escroc est de refourguer des faux billets de banque, parfois de simples morceaux de papiers à leur format, recouvert de noir. Au potentiel acheteur, il explique que ce sont des billets de 50 euros qu'il a dû "noircir afin de passer les frontières". Mais pas de panique, pour enlever le noir, il dispose d'un "produit miracle". D'ailleurs, dans cette affaire, l'homme qui prétend travailler pour un ministre au Congo, fait une démonstration (cette fois-ci avec un vrai billet) que les clients iront dépenser. Sa "bonne foi" est donc prouvée.

>> A lire aussi - Niort : son escroquerie aux fausses factures ciblait une vingtaine de mairies

Trois hommes interpellés

En échange, le malfrat veut évidemment récupérer l'argent liquide en vendant son produit. Sauf que dans cette affaire, la vendeuse est une femme qui travaille à l'imprimerie de la ville, et quelques jours auparavant, elle a eu vent d'un homme qui était venu faire découper (...)

Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Une ville japonaise a utilisé l’aide d’urgence face à la pandémie de façon plus que surprenante
Brexit : le ministre du commerce s'oppose aux conditions de pêche imposées par Londres
Vaccination : la nouvelle fonctionnalité de Doctolib pour les plus pressés
Le cri de détresse des professionnels de l’aide à domicile, réservez votre table pour la réouverture des terrasses... Le flash éco du jour
Les États-Unis ne prévoient pas de détruire la fusée chinoise hors de contrôle