La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 081,32
    -119,35 (-0,35 %)
     
  • Nasdaq

    13 898,67
    -153,68 (-1,09 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,2039
    +0,0059 (+0,49 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    46 287,21
    +130,04 (+0,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 262,80
    -36,16 (-2,78 %)
     
  • S&P 500

    4 161,70
    -23,77 (-0,57 %)
     

Gare à un bond des faillites en 2021, 250.000 emplois risquent de disparaître en France

·1 min de lecture
Remote working from home. Freelancer workplace in kitchen with laptop, cup of coffee, spectacles. Concept of distance learning, isolation, female business, shopping online. Close up of woman hands.

Les faillites augmenteront en 2021 de 2,3% à 12,1% en France, avec la destruction de 250.000 emplois à la clé, selon une étude.

Après une année 2020 atypique, marquée par la crise du Covid-19 et le soutien massif de l'Etat, le nombre de faillites va faire un bond en France cette année, malgré la reprise de l'économie, selon une étude conduite avec des économistes du cabinet Asterès. Après une chute de 37% des liquidations judiciaires en 2020, une telle situation n'est pas durable, selon les auteurs de l'étude, et les faillites augmenteront en 2021 de 2,3% à 12,1%. 250.000 emplois sont ainsi menacés. 

Ils invoquent un rattrapage à prévoir avec la reprise des procédures devant les tribunaux de commerce, mais aussi la baisse d'activité dans les secteurs les plus durement touchés par l'épidémie de Covid-19 et enfin le "surendettement causé par les mesures de soutien", notamment les reports de cotisations sociales. L'administrateur judiciaire, qui représente les intérêts du dirigeant d'entreprise, et les mandataires judiciaires, qui représentent ceux des créanciers, doivent concilier les positions des deux parties tout en améliorant les chances de survie de l'entreprise.

>> A lire aussi - Quels secteurs risquent d'être les plus concernés par les licenciements

"Plus on traite un problème tôt et moins il a eu le temps de s'aggraver, de se propager, de se diffuser à toutes les couches de l'entreprise", a souligné lors d'une visioconférence Frédéric Abitbol, vice-président du Conseil national des administrateurs judiciaires et mandataires judiciaires (CNAJMJ). Pour autant, il ne faut pas sauver les entreprises non (...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

AstraZeneca : plus de bénéfices que de risques, selon l'Agence européenne des médicaments
Delpharm lance la production du vaccin Covid-19 de Pfizer en France
Ubisoft victime de la vaccination contre le Covid-19 ? : le conseil Bourse du jour
Pourquoi Brut lance un service de vidéo payant
Pétrole : un champ géant au Kazakhstan menacé d’un “arrêt complet” par la baisse de la mer Caspienne