Marchés français ouverture 2 h 16 min
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,20 (+0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,50 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    30 247,76
    -1,05 (-0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,1726
    +0,0008 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    24 259,75
    +67,59 (+0,28 %)
     
  • BTC-EUR

    37 504,28
    +1 400,74 (+3,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 097,11
    -5,95 (-0,54 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     

Galileo, le projet d'envergure pour trouver des civilisations extraterrestres

·2 min de lecture

ESPACE - C’est une quête ambitieuse. L’astrophysicien Avi Loeb, professeur de sciences au département d’astronomie de Harvard, a annoncé le 26 juillet le lancement du “Projet Galileo”. Accompagné par une équipe internationale de chercheurs, il inaugure une nouvelle initiative dans la recherche de preuves de technologies extraterrestres.

Les chercheurs vont s’appuyer sur l’analyse de données recueillies à partir de recherches et d’observations astronomiques. Ils espèrent mettre en évidence l’existence de “civilisations technologiques extraterrestres” mortes ou toujours actives, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en haut de l’article.

Au cours d’un live diffusé sur la chaîne YouTube du “projet Galileo”, le professeur a déclaré que “nous ne pouvons plus ignorer la possibilité que des civilisations technologiques ont existé avant la nôtre”.

Le projet prévoit la création d’un réseau de télescopes terrestres à travers le monde. L’objectif sera d’identifier de potentiels voyageurs interstellaires de nature extraterrestre. L’initiative a déjà reçu 1,75 million de dollars de financements privés.

Oumuamua, le premier objet interstellaire jamais observé

Ce nouvel élan dans la recherche de civilisations extraterrestres avancées fait suite à la découverte d’Oumuamua en 2017. Oumuamua, “messager” en Hawaïen, est le premier objet interstellaire jamais observé dans notre système solaire.

La vitesse de déplacement de ce corps céleste était en effet si élevée que les astronomes en ont déduit qu’il ne pouvait que provenir d’une autre étoile. Une étrange “accélération non-gravitationnelle” de l’objet inconnu avait été constatée, alors qu’il se trouvait encore dans notre système solaire.

Illustration d'artiste de 'Oumuamua, le premier objet interstellaire confirmé jamais repéré dans notre système solaire (Photo: Handout . via Reuters)
Illustration d'artiste de 'Oumuamua, le premier objet interstellaire confirmé jamais repéré dans notre système solaire (Photo: Handout . via Reuters)

Dès lors, Avi Loeb et d’autres scientifiques avaient émis l’hypothèse qu’Oumuama n’était rien de moins qu’un vaisseau spatial extraterrestre. D’autres ont alors suggéré que l’objet était un astéroïde ou peut-être une comète interstellaire.

Une étude publiée en mars dernier par des chercheurs de l’Université de l’Arizona dans la revue scientifique Journal of Geophysical Research: Planets a apporté une nouvelle théorie suggérant qu’Oumuamua serait un fragment d’une planète d’un autre système solaire. Et non pas un Ovni.

Quoiqu’il en soit, la démarche du “projet Galileo” est de trouver des “preuves solides et irréfutables” de l’existence de technologies extraterrestres. Le groupe de chercheurs développera également un logiciel qui analysera les données collectées à partir de l’observatoire de Vera Rubin. Celles-ci devraient être mis en ligne en 2023.

À voir également sur Le HuffPost: La vidéo du décollage de Jeff Bezos à bord de Blue Origin

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles