La bourse ferme dans 7 h
  • CAC 40

    6 636,80
    -10,51 (-0,16 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 920,28
    -0,99 (-0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 781,48
    +183,56 (+0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,0553
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • Gold future

    1 803,50
    +2,00 (+0,11 %)
     
  • BTC-EUR

    16 325,44
    +261,24 (+1,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    406,10
    +11,41 (+2,89 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,55
    +0,09 (+0,13 %)
     
  • DAX

    14 290,69
    +26,13 (+0,18 %)
     
  • FTSE 100

    7 463,97
    -8,20 (-0,11 %)
     
  • Nasdaq

    11 082,00
    +123,45 (+1,13 %)
     
  • S&P 500

    3 963,51
    +29,59 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    27 901,01
    +326,58 (+1,18 %)
     
  • HANG SENG

    19 900,87
    +450,64 (+2,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,2246
    +0,0008 (+0,06 %)
     

La galère de la rénovation énergétique des logements

F. Henry/Réa

Individuels ou collectifs, les travaux de rénovation énergétique des logements coûtent chers. Et les démarches pour obtenir les aides sont complexes.

Pavillons ou immeubles mal isolés, pas toujours ventilés, au chauffage vétuste: sur les 29 millions de résidences principales des Français, près de 5 millions sont des "passoires thermiques". Un fléau pour la planète, alors que les habitats sont responsables de 11% des émissions de gaz à effet de serre en France. Et, désormais, une préoccupation pour leurs occupants qui, même s'ils sont protégés jusqu'à fin 2023 par le bouclier tarifaire sur les prix du gaz et de l'électricité, s'inquiètent de futures factures salées. Les propriétaires bailleurs sont, de plus, rattrapés par les réglementations.

Connaître la note énergétique du logement

Le diagnostic de performance énergétique (DPE) de leur bien est devenu crucial: depuis le 24 août dernier, ils n’ont plus le droit d’en augmenter le loyer, pour les logements les plus mal notés. Et le second tir de barrage arrive très vite: les pires des logements classés G, consommant plus de 450 kW/h/m²/an, seront interdits à la location dès le 1er janvier 2023, puis tous les G au 1er janvier 2025, tous les F au 1er janvier 2028 et tous les E au 1er janvier 2034. A la vente, ces maisons et appartements subissent déjà une décote, qui va empirer. De quoi pousser leurs habitants à entreprendre des travaux. Mais là, ils devront retrousser les manches de leur pull à col roulé. Déjà, il faut solliciter un diagnostiqueur professionnel pour obtenir un DPE récent. "Il faut compter de 150 à 200 euros pour un 2-pièces, et de 250 à 300 euros pour une maison", indique Hassad Mouheb, président de Fed Experts, groupement de diagnostiqueurs immobiliers.

Lire aussiPassoires thermiques : alerte sur les erreurs du nouveau diagnostic de performance énergétique

Définir les travaux à réaliser

Puis commence un véritable parcours du combattant. Car un chantier de rénovation énergétique global a des exigences particulières. D'abord, un "audit énergétique" doit être réalisé par un spécialiste agréé qui, pour 500 à 1.000 euros, définira les travaux à effectue[...]

Lire la suite sur challenges.fr