La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 708,77
    -36,63 (-0,11 %)
     
  • Nasdaq

    13 990,39
    +140,39 (+1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    29 751,61
    +212,88 (+0,72 %)
     
  • EUR/USD

    1,1950
    +0,0033 (+0,27 %)
     
  • HANG SENG

    28 497,25
    +43,97 (+0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    52 537,06
    +2 060,51 (+4,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 341,43
    +47,43 (+3,67 %)
     
  • S&P 500

    4 144,93
    +16,94 (+0,41 %)
     

Gagner sur les marchés sans perdre en éthique

·2 min de lecture

Avec plus de 900 fonds ISR ou ESG disponibles via l'assurance-vie, l'épargne-retraite et le plan d'épargne en actions, chacun peut investir en Bourse. Mais réaliser une sélection adaptée à ses propres critères est complexe. Nos choix.

L'équation est simple: privés de sorties (et de dépenses) par la pandémie, inquiets pour leur avenir, les Français ont rempli leurs bas de laine ces derniers mois. L'encours du Livret A et du LDDS (Livret développement durable et solidaire) tutoyait les 455 milliards en début d'année. Au grand dam de Bercy, qui préférerait voir cet argent dépensé ou investi de façon plus productive. Mais malgré leur succès, les livrets restent loin, très loin de détrôner l'assurance-vie, dont l'encours s'élevait à 1 786 milliards d'euros fin janvier. De leur côté, les Plans d'épargne retraite (PER) atteignent déjà 13,4 milliards d'euros, un an après leur lancement. Ces enveloppes, auxquelles s'ajoute le Plan d'épargne en actions (PEA), ont un point commun: elles permettent aux particuliers d'investir sur les marchés financiers via des fonds.

L'objectif est le même: dégager une performance supérieure à celle du fonds en euros, dont le rendement 2020, sans risque, devrait plafonner entre 1% et 1,5%. Ces fonds tournés vers les marchés financiers sont accessibles via l'assurance-vie, le PER et le PEA. Et ils sont de plus en plus souvent responsables, c'est-à-dire qu'ils intègrent des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leur gestion. Et la vague ne fait que commencer. En effet, depuis le 1er janvier 2020, les contrats d'assurance-vie ont l'obligation de proposer au moins une unité de compte labellisée ISR, Greenfin ou Finansol aux épargnants. Et dans quelques mois, à partir du 1er janvier 2022, il leur faudra proposer au minimum un fonds de chaque type. Cette contrainte, inscrite dans la loi Pacte de 2019, fait véritablement passer la finance durable à la vitesse supérieure. "La collecte a déjà atteint 3 milliards d'euros l'an dernier sur nos unités de compte gérées avec des filtres ESG : la demande des épargnants pour ce type de produits est réelle", témoigne Vincent Damas, directeur RSE de CNP Assurances, dont les contrats intègrent déjà 42% d'unités de comp[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi