Marchés français ouverture 8 h 41 min
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    28 333,52
    +209,24 (+0,74 %)
     
  • EUR/USD

    1,1414
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    24 218,03
    -165,29 (-0,68 %)
     
  • BTC-EUR

    37 021,18
    -1 146,59 (-3,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 001,89
    -23,84 (-2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     

Les gagnants et les perdants des pénuries

·2 min de lecture

CES MENACES SUR LA REPRISE (1/5) - Le redémarrage en trombe de l'économie française a pris de court bon nombre de secteurs, qui manquent de personnels et de composants. Mais il fait aussi les affaires de quelques autres. Passage en revue.

A lire les indicateurs économiques qui tombent jour après jour, . La croissance a redémarré en trombe, la France a déjà rattrapé son niveau d’avant la pandémie et s’affirme en locomotive de la zone euro. Le chômage est au plus bas depuis quinze ans, le CAC 40 plus haut que jamais. Les résultats des entreprises sont florissants, leurs carnets de commandes bien remplis, le climat des affaires est au beau fixe. Préservés par le "quoi qu’il en coûte", frustrés par des mois d'atonie, les consommateurs dépensent, les entreprises investissent à tout va.

Choc énergétique

Seule ombre au tableau, de taille: l'intendance a du mal à suivre. Au point de risquer d'étouffer, déjà, l'élan de la reprise. Après des mois de confinement qui ont mis au ralenti les usines et vidé les stocks, le redémarrage brutal et véloce des industries des économies développées, a pris de court et créé une surchauffe planétaire. Rallumer l'interrupteur a généré un choc énergétique: pétrole, gaz, électricité, la demande s'est emballée et leurs cours ont flambé, asphyxiant les fonderies et raffineries.

Puis ce sont toutes les matières premières (acier, aluminium, cuivre, lithium, bois, coton, plastique, papier…), les composants et pièces (puces électroniques, boulons, fenêtres, emballages…) qui sont venus à manquer, autant de maillons coinçant toute la chaîne de production. D'autant qu'en Asie, "l'atelier du monde fonctionne encore par à-coups, perturbé, en Chine, par des coupures de courant ou au Vietnam et en Malaisie, par des restrictions sanitaires sporadiques", note Katharina Koenz, analyste d'Oxford Economics. Du coup, les délais de livraison s'allongent et les prix s'envolent, c'est la double peine. "Certains fournisseurs se permettent même d'adresser des bordereaux de commande sans plus de date ni de prix!" proteste Jean-Christophe Repon, président de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb).

Ventes ratées

Enfin, le circuit logistique frise l'embol[...]

Lire la suite sur challenges.fr

VIDÉO - Hamza Glaglou, étudiant : "J’essaie de faire le minimum de repas par jour pour éviter d’aller quémander un colis alimentaire"

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles