Marchés français ouverture 1 h 29 min
  • Dow Jones

    33 980,32
    -171,69 (-0,50 %)
     
  • Nasdaq

    12 938,12
    -164,43 (-1,25 %)
     
  • Nikkei 225

    28 973,27
    -249,50 (-0,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,0176
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 829,03
    -93,42 (-0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    23 056,29
    -824,22 (-3,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    557,78
    -15,04 (-2,63 %)
     
  • S&P 500

    4 274,04
    -31,16 (-0,72 %)
     

Gafam : la défiance boursière s’invite chez les «big tech»

Trop tard pour vendre, trop tôt pour acheter. C’est un petit peu le sentiment actuel des investisseurs concernant les Gafam, le fameux acronyme de Google (Alphabet), Apple, Facebook (Meta), Amazon, et Microsoft. Alors que les géants américains ont traversé la crise sanitaire en toute décontraction, les anciens chouchous de la cote supportent péniblement la panique ultime des marchés : l’inflation. En zone euro elle atteint 8% et dépasse les 9% aux États-Unis. La fête est finie La hausse du niveau général des prix a conduit les investisseurs à amorcer des retraits sur les titres des rois de la «tech», jugeant leur valorisation trop élevée dans un contexte de tension sur les taux d’intérêt. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'est écroulé de plus de 27 % depuis le début de l’année, contre une baisse de 17% pour l'indice Dow Jones, dont les composants ont un profil plus traditionnel. Résultat : depuis le 1er janvier, Alphabet et Amazon ont chuté respectivement de 19% et de 33%. Pour Meta, le plongeon atteint même 51%, soit un recul de 58% depuis le sommet historique touché le 1er septembre 2021 à 384 dollars. De son côté, Apple a perdu sa couronne de plus grande capitalisation boursière mondiale après avoir cédé 18% depuis le 1er janvier dernier. Perte du statut de «valeurs refuge» Le dilemme actuel des investisseurs est connu. Pour contrer l’inflation, les banques centrales doivent mettre fin à leur politique monétaire accommodante, avec le risque de provoquer une récession. Et un ralentissement de la croissance mondiale entraîne un affaiblissement des profits des entreprises de la «tech» américaine. Sans oublier les problèmes de pénurie de composants électroniques, la hausse généralisée des coûts, les tensions sur les matières premières sur fond de guerre en Ukraine, et une politique «zéro Covid» en Chine qui freine la reprise dans cette zone. Ces Cliquez ici pour lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles