La bourse ferme dans 6 h 41 min
  • CAC 40

    5 532,17
    -58,62 (-1,05 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 583,18
    -35,17 (-0,97 %)
     
  • Dow Jones

    31 176,01
    -12,37 (-0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2171
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • Gold future

    1 860,80
    -5,10 (-0,27 %)
     
  • BTC-EUR

    25 855,52
    +798,09 (+3,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    622,04
    +12,05 (+1,97 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,31
    -0,82 (-1,54 %)
     
  • DAX

    13 788,92
    -117,75 (-0,85 %)
     
  • FTSE 100

    6 680,22
    -35,20 (-0,52 %)
     
  • Nasdaq

    13 530,92
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 853,07
    +1,22 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 631,45
    -125,41 (-0,44 %)
     
  • HANG SENG

    29 447,85
    -479,91 (-1,60 %)
     
  • GBP/USD

    1,3656
    -0,0075 (-0,54 %)
     

Gafa : “Il est temps que les Etats reprennent la main”

franceinfo
·1 min de lecture

L’enjeu, c’est la relation qu’on a avec les Gafa. On a besoin de libertés, mais on a besoin aussi de lois. L'intérêt général n’est pas réductible au jeu des intérêts particuliers. On a de grandes entreprises qui essaient de s’arroger le droit de réguler. Il est temps que les Etats reprennent la main, estime Christophe Ramaux, membre des Economistes atterrés.

"Obligé de travailler avec eux"

"Les Gafa finissent par accepter une responsabilité, pas juridique, mais politique et sociétale sur les contenus qu’ils hébergent. Mais ce n’est pas à eux de faire la police. Il faut une régulation. La difficulté, c’est que ça ne peut pas être une police non numérique. On est obligé de travailler avec eux, car ce sont eux qui ont les algorithmes. Pour ça, il faut accroître leur responsabilité. Et s’ils ne retirent pas les contenus illicites, il faut mettre des amendes. En pratique, la régulation des contenus illicites sera le plus compliqué", affirme Etienne Lefebvre, rédacteur en chef aux Echos.

"Il ne faut pas leur donner le pouvoir de faire justice. Attention à la justice des tuyaux et des médias", conclut Christophe Ramaux.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi