La bourse ferme dans 7 h 33 min

Gabon : la capacité à gouverner d’Ali Bongo sera examinée par la Cour d'appel de Libreville

latribune.fr
 

Tout l'enjeu du procès est de savoir si la justice gabonaise va accepter de désigner un expert médical indépendant qui va déterminer, après consultation du président de la République, si Ali Bongo Ondimba est en capacité physique et mentale d'assumer les charges de sa fonction. Dix mois après l'accident vasculaire cérébral (AVC) qui avait foudroyé le chef de l'Etat gabonais depuis 2009, la question va être examinée lors d'une audience sur le fond, le 26 août prochain par la Cour d'appel du tribunal de Libreville.

Une guerre de prétoires dans les allées de la justice

Saisie d'une requête en la matière en mai dernier par le collectif «Appel à agir» qui se plaignait d'une situation de vacance du pouvoir supposé de fait, la juridiction avait ouvert l'examen de la procédure. Un mois plutôt, le collectif «Appel à agir» avait reçu un rejet sec en première instance lorsqu'il a intenté la procédure. Il avait alors introduit un recours en appel devant la Cour d'appel de Libreville. La suite de l'histoire a déclenché une guerre de prétoires dans les allées de la justice gabonaise.

Lire aussi : Avant Ali Bongo, ces chefs d'Etat africains soignés au Maroc

Le 26 juillet dernier, le pool d'avocats d'Ali Bongo a introduit un recours devant la Cour cassation pour contester la qualité de la Cour d'appel à juger des affaires concernant le chef de l'Etat. La Cour de cassation avait alors suivi l'avis des avocats de la défense et demandé à la Cour d'appel de ne pas se prononcer sur l'affaire tant qu'elle-même ne se sera pas prononcée sur sa compétence de la chose jugée. Alors que sa décision était attendue le 29 juillet, ce n'est que le 12 août que la Cour d'appel a rendu sa décision de poursuivre l'examen de la procédure. Elle a fixé l'audience sur le fond, le 26 août prochain.

L'avenir du pouvoir entre les main de Paulette Ayo

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


Un président africain peut-il être malade ? [Tribune]
Gabriel Ntougou, la nouvelle carte d'Ali Bongo pour drainer les investissements au Gabon
Le roi Mohammed VI du Maroc au chevet du président Ali Bongo (Vidéo)
Gabon : après 15 jours d’exercice, des proches d’Ali Bongo débarqués du gouvernement