Marchés français ouverture 5 h 49 min
  • Dow Jones

    35 135,94
    +236,60 (+0,68 %)
     
  • Nasdaq

    15 782,83
    +291,18 (+1,88 %)
     
  • Nikkei 225

    28 645,09
    +361,17 (+1,28 %)
     
  • EUR/USD

    1,1301
    +0,0008 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    23 705,15
    -147,09 (-0,62 %)
     
  • BTC-EUR

    50 803,39
    -639,71 (-1,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 450,82
    +21,89 (+1,53 %)
     
  • S&P 500

    4 655,27
    +60,65 (+1,32 %)
     

Le G7 investit deux fois plus dans les murs aux frontières que pour la finance climat

·2 min de lecture

Publié à la veille de la COP26, un rapport du Transnational Institute montre comment les pays du G7 ont investi deux fois plus d’argent dans la construction de murs contre l’immigration que dans la finance climat. Le rapport souligne à quel point les intérêts convergents de l’industrie fossile et des acteurs privés de la sécurité pèsent lourd dans cette trajectoire.

Une COP, c’est aussi une avalanche de rapports. Parmi ceux publiés à la COP26, celui du mérite une attention particulière. Ses trois auteurs, Todd Miller Nick Buxton et Mark Akkerman ont en effet eu l’idée de comparer l’argent investi par les pays du G7 – Etats-Unis, Allemagne, Japon, Angleterre, Canada, France et Australie – dans la construction de murs aux frontières et celui destiné à la lutte contre le réchauffement climatique dans les pays du Sud, destiné justement à éviter les effets catastrophiques du réchauffement climatique, dont les réfugiés climatiques.

D’après leurs calculs, entre 2013 et 2018, ces sept pays qui représentent 48% des émissions mondiales de CO2 ont dépensé globalement 33,1 milliards de dollars pour protéger leurs frontières et consolider leurs infrastructures de surveillance migratoire soit deux fois plus que les 14,4 milliards de dollars investis dans la finance climatique. "Pour se préserver, écrivent les auteurs, ces pays ont construit un mur du climat. A l’échelle mondiale, 63 murs-frontières ont été construits, de nouveaux sont annoncés. Il y en avait six quand le mur de Berlin est tombé et que l’apartheid sud-africain a été supprimé en 1989."

Les migrants perçus comme des menaces

Si le budget global du G7 consacré aux frontières a ainsi augmenté de 29% entre 2013 et 2018, pour les sept pays visés par l’étude, il existe des différences abyssales d’un pays à l’autre. Ainsi la France, l’Allemagne et le Japon ont dépensé plus pour la finance climat que pour leurs frontières: 1,4 milliard de dollars par rapport à 761, 5 millions de dollars, 4,1 milliards par rapport à 3,3 milliards, 4,7 milliards par rapport à 2,1 milliards. Alors que le Canada, l’Angleterre, les Etats-Unis et l’Australie affichent un écart énorme entre sécurisation et prévention du risque climatique. Ainsi le Canada a dépensé 15 fois plus d’argent sur la surveillance de ses frontières que sur la finance climat – 1,5 milliard de dollars sur 100 millions de dollars-, l’[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles