La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 901,47
    -180,91 (-1,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Gérard Larcher, président LR du Sénat et… facilitateur de la réforme des retraites

AFP/Archives - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Le président LR du Sénat consulte à tout-va leaders syndicaux et patronaux sur l'épineux dossier des retraites. Il s'est impliqué personnellement pour que les sénateurs de droite et du centre votent le report de l'âge de départ à 64 ans et un allongement de la durée de cotisation. Ouvrant la voie à un compromis possible avec le gouvernement.

Un retournement spectaculaire. Après avoir été l’"ennemi public numéro un" de la Macronie durant l’affaire Benalla -c’est lui qui avait formellement déposé plainte pour "faux témoignages" contre les collaborateurs du chef de l’Etat-, Gérard Larcher est plus choyé que jamais par l’Elysée. La raison? Le septuagénaire président LR du Sénat, authentique représentant du "vieux monde" hier honni par le camp présidentiel, est devenu le meilleur allié du gouvernement dans la très sensible réforme des retraites.

Ce 15 novembre, la Haute assemblée doit en effet officiellement voter le budget 2023 de la Sécurité sociale, en y incluant un report de l’âge de la retraite à 64 ans et une accélération de l’allongement de la durée de cotisation nécessaire pour toucher une pension à taux plein. Soit exactement la piste esquissée par Emmanuel Macron le 26 octobre sur France 2. Même si ce vote est avant tout symbolique puisque le gouvernement a ouvert une concertation sur les retraites jusqu’à Noël et ne reprendra pas à court terme l’amendement adopté par les sénateurs, la position du Sénat est actée pour le débat à venir autour de la réforme annoncée par Elisabeth Borne pour début 2023.

"Question de cohérence"

"Gérard Larcher a tout fait pour que les sénateurs de droite et du centre votent cette année encore les mesures qu’ils votent depuis 2018, confie un de ses proches. Le fait qu’elles soient désormais la ligne du gouvernement ne devaient pas modifier notre position. C’était une question de cohérence." L’amendement, porté par le sénateur LR, René-Paul Savary, est d’ailleurs lui-même le fruit d’un compromis entre les élus Les Républicains, plutôt favorables à reculer l’âge de départ jusqu’à 65 ans, et les élus de l’Union centriste, qui penchent davantage pour un allongement de la durée de cotisation.

Depuis la rentrée, Gérard Larcher multiplie aussi les rencontres avec les leaders syndicaux et patronaux. Il s’est successivement entretenu avec les leaders de la CGT et de FO, Philipp[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi