Publicité
La bourse ferme dans 2 h 1 min
  • CAC 40

    8 113,28
    -82,68 (-1,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 034,10
    -40,24 (-0,79 %)
     
  • Dow Jones

    39 806,77
    -196,82 (-0,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,0860
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • Gold future

    2 430,90
    -7,60 (-0,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    65 296,50
    +3 582,07 (+5,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 538,95
    +50,41 (+3,39 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,60
    -1,20 (-1,50 %)
     
  • DAX

    18 682,18
    -86,78 (-0,46 %)
     
  • FTSE 100

    8 393,31
    -30,89 (-0,37 %)
     
  • Nasdaq

    16 794,88
    +108,91 (+0,65 %)
     
  • S&P 500

    5 308,13
    +4,86 (+0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    38 946,93
    -122,75 (-0,31 %)
     
  • HANG SENG

    19 220,62
    -415,60 (-2,12 %)
     
  • GBP/USD

    1,2710
    +0,0004 (+0,03 %)
     

Gérald Darmanin va rencontrer une anthropologue autrice d’un ouvrage sur les Frères musulmans

Florence Bergeaud-Blackler sera reçue par le ministre de l'Intérieur  - Credit:Seb Leban pour
Florence Bergeaud-Blackler sera reçue par le ministre de l'Intérieur - Credit:Seb Leban pour

L'anthropologue Florence Bergeaud-Blackler, autrice du livre Le Frérisme et ses réseaux – L'enquête, sera reçue par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. L'entourage du locataire de la Place Beauveau a annoncé cette visite à l'AFP. L'universitaire, chercheuse au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), devait présenter son livre ce vendredi 12 mai à Sorbonne. Mais Florence Bergeaud-Blackler a informé sur son compte Twitter que « la doyenne de la faculté de lettres de la Sorbonne (avait) demandé la “suspension” de (sa) conférence […] pour des raisons de “sécurité” ».

« Il n'y a pourtant eu aucune manifestation contre l'événement », a-t-elle souligné, déplorant un « empêchement à travailler et à rendre compte de (son) travail ».

Le report de la conférence a suscité mercredi en France de vives réactions, alors que Florence Bergeaud-Blackler a dû être placée sous protection policière après des menaces de mort, selon son avocat.

PUBLICITÉ

Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a indiqué mercredi à l'AFP que Florence Bergeaud-Blackler y serait reçue « prochainement », considérant « intolérable que la liberté académique puisse se voir remettre en cause par la moindre menace à son encontre ».

Un manque de soutien selon l'autrice

De son côté, la chercheuse interrogée jeudi sur Europe 1 dénonce le manque de soutien de la part des pouvoirs publics et du milieu de la recherche : « Le ministère et le CNRS ont tweeté en ma défense, mais pas de re [...] Lire la suite