La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1322
    +0,0110 (+0,99 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    48 334,12
    +352,34 (+0,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3342
    +0,0022 (+0,16 %)
     

Géré par l'Institut de France, comment le château de Chantilly fait face à une vacance de pouvoir sans précédent

·2 min de lecture

Caisses vides, gouvernance au point mort… Selon la Cour des comptes, la situation du joyau patrimonial n’est pas "tenable". En cause: sa reprise en gestion directe par l’Institut de France, et l'ouverture d'une enquête par le parquet national financier sur un appel d'offres visant à installer un hôtel de luxe en face du château.

En septembre, 15.000 spectateurs ont arpenté les allées du domaine de Chantilly (Oise) pour admirer le grandiose son et lumière donné à l’occasion des Journées du patrimoine. "Le rocher des trésors" les a replongés 350 ans en arrière, dans la fameuse fête organisée par François Vatel en l’honneur du Roi Soleil. Un public ébahi, très loin d’imaginer la crise qu’affronte ce joyau du patrimoine français. A première vue, les 7.800 hectares du site paraissent parfaitement tenus, et la collection exceptionnelle de tableaux de son musée –le musée Condé– reste toujours aussi bien mise en valeur. Pourtant, depuis plusieurs mois, non seulement les caisses sont vides, mais le domaine doit faire face à une vacance de pouvoir sans précédent.

Départ de l’Aga Khan

En plein hiver 2020, alors que Chantilly s’apprêtait à affronter la plus grande crise sanitaire de son histoire et la fermeture pendant des mois du parc et de son château, l’Aga Khan, mécène exclusif du domaine, claque la porte "pour des raisons personnelles". Pendant des années, Chantilly n’a jamais vraiment eu à se soucier de boucler son budget car le très généreux prince Karim Aga Khan IV apportait un soutien financier sans faille: 70 millions d’euros versés sur quinze ans. "Le départ de l’Aga Khan a mis en évidence les problèmes de financement pérennes du domaine, et le fait que Chantilly ne peut s’équilibrer avec ses seules ressources", souligne une source proche du dossier. Un argument réfuté par Xavier Darcos, chancelier de l’Institut de France, propriétaire du site depuis 1897: "Quand je suis devenu chancelier, la clôture des comptes présentait un déficit d’un million d’euros environ. En 2019, en reprenant tout en main, nous avons réalisé un budget à l’équilibre."

Il n’empêche, le domaine doit aujourd’hui imaginer son avenir sans ce précieux mécène. qui met en avant une "impérieuse nécessité" d’en réformer sa gestion. Sur près de 158 pages, les sages de la rue Cambon ciblent une "situation financière profondéme[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles