La bourse ferme dans 6 h 18 min
  • CAC 40

    6 759,33
    +35,52 (+0,53 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 143,43
    +25,48 (+0,62 %)
     
  • Dow Jones

    35 116,40
    +278,24 (+0,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,1857
    -0,0011 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    1 813,70
    -0,40 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    31 818,41
    -940,46 (-2,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    921,69
    -21,75 (-2,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,52
    -0,04 (-0,06 %)
     
  • DAX

    15 661,98
    +106,90 (+0,69 %)
     
  • FTSE 100

    7 127,40
    +21,68 (+0,31 %)
     
  • Nasdaq

    14 761,29
    +80,23 (+0,55 %)
     
  • S&P 500

    4 423,15
    +35,99 (+0,82 %)
     
  • Nikkei 225

    27 584,08
    -57,75 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    26 426,55
    +231,73 (+0,88 %)
     
  • GBP/USD

    1,3931
    +0,0016 (+0,11 %)
     

Les génériques redonnent des suées à la Big Pharma

·2 min de lecture

Le ministre de la Santé Olivier Véran voudrait autoriser les pharmaciens à substituer un médicament biologique par un biosimilaire, prérogative jusqu'à présent réservée aux médecins.

C'est une guerre sourde qui se joue dans les cénacles ministériels. En première ligne, on retrouve le ministre de la Santé, Olivier Véran, qui milite pour une plus grande utilisation des biosimilaires : ces médicaments sont les génériques des Ce levier important d'économies pour l'assurance-maladie - le chiffre de 3 milliards d'euros par an est évoqué -n'est toutefois que peu actionné : si le taux de pénétration des bio-similaires est de 69 % à l'hôpital, il tombe à 23 % en ville, très loin de l'objectif de 80 % fixé par le gouvernement en 2017.

L'idée poussée par l'exécutif serait de permettre aux pharmaciens de pouvoir substituer un médicament biologique par son générique - l'un des plus vendus en France est l'anticorps monoclonal Adalimumab contre les rhumatismes -, une prérogative qui est jusqu'à présent réservée aux médecins, seuls prescripteurs.

Une loi à l'automne ?

"C'est précise-t-on au sein du cabinet d'Olivier Véran, alors que le ministère de la Santé organise une réunion cruciale ce 1er juillet avec des industriels, des pharmaciens, l'Agence du médicament ou encore des associations de patients et qu'une loi pourrait voir le jour à l'automne. Toutefois, les choses évoluent, on sait par exemple aujourd'hui, comme l'Agence européenne du médicament l'a démontré, qu'un médicament biologique est totalement interchangeable avec un biosimilaire." En 2019, l'Allemagne a, par exemple, rendu cette substitution automatique pour certaines catégories de produits dans un souci d'économies.

Seulement voilà, ce scénario n'est pas du goût de plusieurs Big Pharma. En coulisses, le champion national Sanofi mène ainsi la contre-offensive au sein du gouvernement et via le LEEM, puissant lobby pharmaceutique hexagonal. « D'une part, comme les autres grands laboratoires, Sanofi n'a pas vraiment intérêt à ce que les biosimilaires viennent remplacer ses médicaments biologiques, qui rapportent plus, grince un concurrent. D'autre part, grâce au volume de ses visiteurs médicaux, ce [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles