La bourse ferme dans 5 h 23 min
  • CAC 40

    6 640,83
    +1,31 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 143,49
    -0,03 (-0,00 %)
     
  • Dow Jones

    34 299,33
    -94,42 (-0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,2129
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    1 861,30
    +4,90 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    32 975,81
    -282,45 (-0,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    992,95
    -17,66 (-1,75 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,28
    +0,16 (+0,22 %)
     
  • DAX

    15 687,51
    -42,01 (-0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 177,31
    +4,83 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    14 072,86
    -101,29 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 246,59
    -8,56 (-0,20 %)
     
  • Nikkei 225

    29 291,01
    -150,29 (-0,51 %)
     
  • HANG SENG

    28 436,84
    -201,69 (-0,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,4119
    +0,0037 (+0,26 %)
     

Général Richoufftz, signataire de la tribune des militaires : "On est en guérilla urbaine et je ne m'y habitue pas"

·2 min de lecture

Un nouveau texte de militaires, accusant les principales autorités du pays de lâcheté et publié dans Valeurs actuelles dimanche, a mis le feu au poudre. Signataire de cette tribune, le général Emmanuel de Richoufftz est revenu mercredi matin sur ses motivations, regrettant ainsi l'état de la France depuis plusieurs années.

Une nouvelle tribune, publiée dimanche soir sous forme de pétition par Valeurs Actuelles, est parue moins de trois semaines après la publication, dans le même hebdomadaire, d'une première tribune de généraux, dont certains sont menacés de sanctions. Ils dénonçaient le "délitement" de la France et se disaient prêts à "soutenir les politiques" qui œuvreraient contre. Des initiatives qui ont provoqué une petite tempête politique, n'épargnant aucun parti et poussant la ministre des Armées Florence Parly à intervenir pour rappeler l'exigence de neutralité du soldat.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

"Des tirs de kalashnikov en toute impunité"

Invité d'Europe Matin mercredi, le général Emmanuel de Richoufftz, signataire du premier texte et soutien du second, a expliqué ses motivations. Pour lui, l'actualité de ces derniers mois autour des violences contre les policiers et de l'assassinat de Samuel Paty sont significatifs de l'ambiance qui règne en France. "Quand tous les jours vous avez des tirs à la kalashnikov dans des quartiers de Montpellier ou de Nîmes, en toute impunité, on peut dire qu'on est en guérilla urbaine. On est habitué à voir tout ça régulièrement sur nos chaînes et nos radios, mais moi je ne m'y habitue pas", a-t-il lancé. 

Selon lui, le pays est engagé dans une voie de violence courante et permanente, et si l'Etat ne fait pas ce qu'il faut, le risque est de voir une police et une gendarmerie dépassées par les évènements. "Le premi...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu pourrait également vous intéresser :