La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 908,96
    -129,02 (-0,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Future norme antipollution automobile Euro 7 : pas si sévère

Image © Volkswagen

Le mystère a longtemps plané autour de la norme de pollution Euro 7, appliquée aux émissions des véhicules thermiques. Certains craignaient qu’elle ne tue les moteurs essence et diesel avant 2035, elle ne fait qu’harmoniser les critères pour les deux types de motorisations. Nouveauté : elle prend en compte les émissions de particules des freins et la fiabilité des batteries des voitures électriques.

La mise en place a été laborieuse, mais le projet de la nouvelle norme antipollution appliquée aux véhicules neufs a enfin été présentée par la Commission européenne ce jeudi 10 novembre. Cette norme Euro 7 a été retardée plusieurs fois et le plus grand flou régnait autour de ses seuils. Certains constructeurs craignaient qu’elle ne soit trop sévère, au point de tuer les moteurs thermiques, essence et diesel, avant l’échéance fixée par l’Union Européenne à 2035. Il n’en sera rien : les seuils d’émissions polluantes proposés restent dans la lignée de la précédente norme. Un choix relativement sage, qui fait bondir certaines associations écologistes. "La proposition de la Commission européenne est tellement faible qu’elle pourrait avoir été écrite pas l’industrie automobile elle-même", déclare Anna Krajinska, responsable des questions liées aux émissions de véhicules au sein de l’association Transport & Environment.

Pour le lobby auto Euro 7 ne s'imposait pas

L’ONG Transport & Environment n’a jamais caché son idéologie pro-véhicules électriques. Il est logique de la voir fustiger la proposition concernant la norme de pollution Euro 7. "Les profits des constructeurs sont donc préférés à la santé de millions d’Européens", poursuit Anna Krajinska. Le Commissaire européen Thierry Breton, qui a porté la proposition, s’en défend. "Grâce à Euro 7, les émissions de NOx des véhicules légers seront 35% plus basses que si nous avions gardé Euro 6. Et pour les poids lourds, c'est une baisse de 56%.", explique-t-il dans un blog. Par la voix de l’ACEA (Association des Constructeurs Européens Automobiles), les industriels estiment que la mise en place d’une norme Euro 7 ne s’imposait pas. "Malheureusement, le bénéfice environnemental de la proposition de la Commission européenne est très limité, alors qu’elle va fortement impacter les coût des voitures", a déclaré Oliver Zipse, patron de BMW. Quant à Carlos Tavares, patron de Stellantis, il déclarait à nos confrères du Figaro lors d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi