La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 638,46
    -63,52 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,51
    -36,41 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,18 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1718
    -0,0029 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 750,60
    +0,80 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    36 331,19
    -508,87 (-1,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 067,20
    -35,86 (-3,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,95
    +0,65 (+0,89 %)
     
  • DAX

    15 531,75
    -112,22 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 051,48
    -26,87 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,54 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,82 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3681
    -0,0040 (-0,29 %)
     

La fusion nucléaire, une industrie qui se concrétise ?

·2 min de lecture

Depuis des décennies que le domaine de la fusion nucléaire avance à pas de tortue, assisterait-on aujourd'hui à un déboulé de lièvres ?, se demande l'éditorialiste Dominique Leglu.

C'est Jeff Bezos qui a dû avoir le grand frisson à l'évocation de son rêve prométhéen, mais sans décollage de fusée. En juin, la start-up canadienne General Fusion, que soutient le fondateur d'Amazon et de Blue Origin, avait annoncé la construction d'un réacteur à fusion nucléaire au Royaume-Uni, en coordination avec l'autorité à l'énergie atomique du pays.

Mise en service prévue en 2025. Or, voilà qu'au cœur de l'été, l'un des plus célèbres laboratoires de physique au monde, le californien LLL (Lawrence Livermore Laboratory), révèle qu'à coups de lasers, sa machine a « tutoyé » l'allumage. Ses chevaliers-physiciens sont en voie de décrocher non pas la Lune mais le Graal de l'énergie : l'accès au feu infini des étoiles. Depuis des décennies que le domaine avance à pas de tortue, assisterait-on aujourd'hui à un déboulé de lièvres ?

Lire aussi

Avec promesse d'expériences abouties dans les dix ou quinze ans, suivies dans la foulée, et non en fin de siècle, par l'obtention d'énergie sans limite, renvoyant charbon, pétrole et gaz aux poubelles de l'histoire et ringardisant les réacteurs nucléaires à fission d'aujourd'hui ? En matière d'échauffement, la presse anglo-saxonne a viré cet été au feu d'artifice, du Financial Times, au New York Times , en passant par la BBC et Bloomberg. Cette dernière agence martèle que désormais "les investisseurs prennent la fusion nucléaire au sérieux". C'est vrai que les start-up se multiplient - outre General Fusion -, de la First Light Fusion implantée à Oxford à l'HB11 australienne qui a déjà déposé un brevet aux Etats-Unis. Ou encore la Commonwealth Fusion dans le Massachusetts, soutenue par Bill Gates (et Jeff Bezos, encore), dont on connaît mieux le penchant pour les microréacteurs à fission de sa compagnie TerraPower.

Près de 23 jeunes pousses

Dans son livre The Star Builders , le physicien Arthur Turrell compte 23 jeunes pousses qui se concurrencent et rappelle que ces start-up explorent les deux voies royales du domaine : le confi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles