La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 612,76
    -21,01 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,30
    -27,47 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,06 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1871
    -0,0025 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    1 816,90
    -18,90 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    35 061,77
    +1 314,54 (+3,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    955,03
    +5,13 (+0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,81
    +0,19 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 544,39
    -96,08 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 032,30
    -46,12 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,59 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 283,59
    -498,83 (-1,80 %)
     
  • HANG SENG

    25 961,03
    -354,29 (-1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3906
    -0,0051 (-0,37 %)
     

Fugit (LREM): "Le débat sur le glyphosate ne doit pas se faire sur le dos des agriculteurs"

·1 min de lecture

INTERVIEW- Le député du Rhône Jean-Luc Fugit (LREM) revient pour Challenges sur la bataille qui oppose les experts sur le glyphosate. Une polémique relancée la semaine dernière par la publication de deux études indépendantes qui mettent en cause les recherches menées sur cet herbicide.

Le glyphosate n’en finit pas de diviser les chercheurs. Depuis la semaine dernière, la bataille des experts a été relancée par deux nouvelles études indépendantes. Le 30 juin, l’Inserm a rendu les conclusions de son étude, "", qui établit une "présomption forte d’un lien entre l’exposition aux pesticides et six pathologies", dont la maladie de Parkinson et le cancer de la prostate. La deuxième, , remet en cause les travaux de recherche utilisés par les industriels du glyphosate pour convaincre les autorités européennes de l’absence de risque sanitaire. L’UE doit, en effet, se prononcer avant le 15 décembre 2022 sur le renouvellement de l’autorisation des produits à base de glyphosate. Le député du Rhône (LREM) a été rapporteur d’une mission d’information de suivi sur la stratégie de sortie du glyphosate en France. Pour lui, le temps de la réflexion scientifique ne peut pas être le même que celui du débat politique, mais les autorités ont le devoir d'anticiper les risques.

Challenges: Les dernières études pourraient-elles remettre en cause l’autorisation du glyphosate au niveau européen l’année prochaine?

Jean-Luc Fugit: A ce stade, je m'interroge. La science a besoin de temps pour avancer. Pour le moment, je m’en tiens à ce qui a été acté, à savoir que l’Autorité européenne de la Sécurité des Aliments (Efsa) devra rendre l’année prochaine un rapport fondé sur l’expertise apportée par quatre Etats membres, dont la France, pour savoir si le glyphosate peut être considéré comme toxique pour l’Homme. Il est important d’insister sur le fait que seule la molécule -et non les risques associés à son utilisation- est évaluée par ces agences de santé. L’étude de l’Inserm semble dire qu’il pourrait exister un risque cancérigène, mais il faudra attendre l’année prochaine, mi-2022, pour que l’Efsa publie ses recommandations définitives. En tout cas, il est trop tôt pour dire si ces études auront un impact sur la décision qui sera prise par le Conseil européen.

Le gouvernemen[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles