La bourse ferme dans 56 min

Fronde contre la reconnaissance faciale en Chine, qui s’impose partout

Big Brother est sur le grill, dans l'Empire du milieu. Aéroports, hôtels, vente en ligne, toilettes publiques... alors que la reconnaissance faciale s'y impose partout, des Chinois montent au créneau. Ainsi, quand un zoo a voulu scanner le visage de ce professeur de droit, ce dernier, excédé, a porté plainte. Guo Bing a décidé d'attaquer en justice un parc animalier de Hangzhou (est), une affaire inédite dans le pays. Elle est aussi le signe d'une méfiance croissante vis-à-vis de la collecte de données personnelles, dans une société de plus en plus numérisée et surveillée.

Le gouvernement chinois, désireux de faire de la Chine un leader technologique, offre son puissant soutien aux programmes de reconnaissance faciale et d'intelligence artificielle. De nombreux sondages ont montré que les Chinois faisaient preuve d'une certaine tolérance envers ces innovations parfois intrusives, y voyant des bénéfices en termes de vie quotidienne et de sécurité publique. Mais la perception évolue avec la collecte d'un nombre croissant de données biométriques, des empreintes digitales aux scans de visage et d'iris de l’œil.

>> A lire aussi - La reconnaissance faciale va-t-elle virer au cauchemar ?

La plainte déposée en octobre par Guo Bing, professeur à l'université des Sciences et Techniques de la province du Zhejiang, à Hangzhou, est décrite par les médias chinois comme la première du genre. Dans le viseur de l'enseignant: le système de reconnaissance faciale mis en place par le Safari Park de Hangzhou pour filtrer les entrées des visiteurs dotés de cartes annuelles. La plainte fait parler : les commentaires sur l'affaire ont cumulé plus de 100 millions de vues sur le réseau social Weibo, où nombre d'utilisateurs appellent à une interdiction pure et simple de la collecte de données biométriques. Car les fuites d'informations personnelles par des personnes malintentionnées ne sont pas rares. Des numéros de téléphone portable sont par exemple souvent revendus à des sociétés faisant du démarchage

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Réforme des retraites : pourquoi plusieurs syndicats ont claqué la porte des négociations sur la fonction publique
Les 90 km/h de retour dès demain en Haute-Marne
L'armée américaine considère Tik Tok comme une cybermenace
CARLOS GHOSN : "j'ai eu ce sentiment de ne plus être un humain"
Les compagnies aériennes suspendent leurs survols de l'Irak et de l'Iran