La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,26 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -23,70 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    30 804,44
    +914,25 (+3,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -1,53 (-2,86 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -200,97 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,14 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,08 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +77,00 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3583
    -0,0108 (-0,79 %)
     

Free tente un hold-up sur la 5G

·2 min de lecture

L’opérateur ajoute l’Internet très haut débit à son offre de base. En privilégiant les prix sur la qualité.

Xavier Niel a encore frappé, le 15 décembre dernier. Dans un petit film parodiant les thèses complotistes sur la 5G, le fondateur de Free a célébré, à sa manière, le lancement des offres de nouvelle génération sur son réseau mobile. « C’est inclus pour le même prix », scande-t-il, soit 19,99 euros par mois. Un pied de nez aux trois autres opérateurs qui, depuis fin novembre, ont dégainé des offres spécifiques entre 25 et 95 euros.

Le style n’est pas sans rappeler les débuts de Free dans la 4G, en 2012. En incluant l’Internet haut débit dans ses forfaits de base, l’opérateur avait durement déstabilisé ses concurrents qui prévoyaient de valoriser cette prestation en augmentant leurs tarifs. Pourtant, ce nouveau coup d’éclat ne devrait pas produire la même onde de choc. « La stratégie 5G de Free s’appuie fortement sur le spectre 700 MHz : l’opérateur privilégie la couverture de zones plutôt que la capacité », analyse Sylvain Loizeau, du cabinet Analysys Mason. Ou le prix, plutôt que la qualité. La solution technique choisie par Free, moins onéreuse, permet en effet de déployer la technologie 5G sur les antennes 4G existantes. Un rival de Xavier Niel formule les choses autrement : « Cette fréquence offre beaucoup moins de bande passante que le nouveau spectre 3,5GHz, quatre à cinq fois plus rapide qu’une bonne 4G. »

Contrairement à 2012, la concurrence s’est préparée. SFR, via sa marque low cost Red, et Bouygues Telecom ont dégainé leurs offres d’entrée de gamme. Mais de l’avis d’Arthur Dreyfuss, secrétaire général de SFR, les données du marché ont totalement changé : « L’éducation du consommateur français en matière de services télécoms est beaucoup plus forte qu’il y a quelques années. Ils recherchent aujourd’hui de la vraie 5G. » Même discours chez Orange qui a choisi, à l’inverse de Free, de déployer son réseau majoritairement sur la fréquence 3,5GHz, nécessitant de nouvelles antennes : « La 5G, sur la fréquence basse des 700 MHz, n’apporte aucun gain de qualité ou [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi