La bourse est fermée

Fraude sociale : les vrais chiffres bientôt révélés grâce à une commission d’enquête parlementaire ?

Les Français vont-ils enfin connaître la vérité sur la réalité de la fraude sociale dans l’Hexagone ? C’est ce qu’espère Pascal Brindeau, député Union des démocrates et indépendants (UDI) qui vient d’être désigné rapporteur d’une commission d’enquête sur la fraude aux prestations sociales. Pour Capital, il éclaircit les enjeux de cette commission.

Capital : Pourquoi le groupe UDI a-t-il souhaité la création d’une commission d’enquête parlementaire alors qu’un rapport sur la fraude sociale a été remis cet automne au Premier ministre ?

Pascal Brindeau : Missionnées par Matignon, la sénatrice Nathalie Goulet (UDI) et la députée Carole Grandjean (LREM) ont effectué ces derniers mois un gros travail, mais force est de constater, que mes collègues se sont heurtées à des difficultés pour obtenir des données chiffrées précises. Et notamment de la part d’administrations et d’organismes publics. Avec Jean-Christophe Lagarde, président de notre groupe parlementaire, nous avons vite pensé que la seule manière d’obtenir des réponses était la création d’une commission d’enquête. Les auditionnés seront interrogés sous serment et auront l’obligation légale de coopérer. Des pouvoirs que n’avaient pas mes collègues Grandjean et Goulet lors de leur travail.

>> À lire aussi - Fraude sociale : violente polémique autour de l’ampleur du fléau, mais qui dit vrai ?

Capital : Devoir créer une commission d’enquête pour connaître la vérité sur la fraude sociale en France, en 2020, n’est-ce pas le signe de dysfonctionnements inquiétants dans notre pays ?

Pascal Brindeau : C’est effectivement grave. Par rapport à la situation économique du pays, aux efforts financiers demandés aux citoyens et au volume de prestations délivrées, les Français doivent pouvoir connaître la vérité. Par ailleurs, quand les interlocuteurs questionnés bottent en touche, cela traduit un manque de considération pour le travail parlementaire. Et c’est inacceptable.

Capital : Quels seront les futurs objectifs de la commission ?

Pascal

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Excédé par la grève, un restaurateur veut échanger son établissement contre un poste à la RATP
Retraites : l'annonce surprise d'Édouard Philippe, prêt à retirer provisoirement l'âge pivot du projet de loi
Airbus surclasse Boeing avec plus de 1.000 avions vendus et 863 livrés en 2019, un record
Télévision : des chefs d'entreprises tentent de convaincre des investisseurs sur M6
De quoi vivent Harry et Meghan ?