La bourse ferme dans 4 h 25 min
  • CAC 40

    6 653,31
    +13,79 (+0,21 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 153,23
    +9,71 (+0,23 %)
     
  • Dow Jones

    34 299,33
    -94,42 (-0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,2120
    -0,0013 (-0,11 %)
     
  • Gold future

    1 857,70
    +1,30 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    32 694,11
    -538,92 (-1,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    981,31
    -29,30 (-2,90 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,27
    +0,15 (+0,21 %)
     
  • DAX

    15 728,39
    -1,13 (-0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 180,47
    +7,99 (+0,11 %)
     
  • Nasdaq

    14 072,86
    -101,29 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 246,59
    -8,56 (-0,20 %)
     
  • Nikkei 225

    29 291,01
    -150,29 (-0,51 %)
     
  • HANG SENG

    28 436,84
    -201,69 (-0,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,4115
    +0,0033 (+0,23 %)
     

Franz-Olivier Giesbert : ce regret qu’il a envers son père qui le poursuit encore

·2 min de lecture

Si Franz-Olivier Giesbert a passé une enfance heureuse, la violence de son père l’a vite rattrapé. Fils aîné d'une prof de philo et d'un dessinateur américain, l’écrivain a en effet souffert du caractère colérique et des coups de son père. "Vous êtes l’aîné d’une fratrie de 5 enfants, est-ce qu’on peut dire que vous avez été responsabilisé très tôt, trop vite à la tête de cette petite fratrie ?" s’est enquise Claire Chazal, présentatrice de Passage des arts, jeudi 6 mai 2021. "Oui, mais la vérité, c’était plutôt que je voulais partir, sortir de l’orbite de mon père". De toute sa vie, il n’a jamais pu lui pardonner de l’avoir battu et d’avoir également porté des coups à sa mère, bien que celle-ci ait décidé de ne pas le quitter et de pardonner. "Après j’ai retrouvé mon père, bien sûr, dès qu’il est mort, je me suis réconcilié, et je pense souvent à lui, bien entendu !" En effet, son père est toujours présent dans son esprit, il a également écrit sur lui dans son ouvrage L’Américain. Dans le résumé de son livre, il dit de lui : "C'était un homme renfermé, violent, qui me battait et surtout qui battait ma mère. Cela, je ne le supportais pas. Et toute mon enfance j'ai cherché comment le tuer". Un ouvrage dans lequel il règle ses comptes avant tout avec lui-même.

Si son père avait changé, comme il l’a écrit dans son roman L’Américain, Franz-Olivier Giesbert n’a pas su tourner la page avant sa mort et pardonner son père tant qu’il en était encore temps : "Je m’en veux surtout, de ne (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite