La bourse ferme dans 1 h 50 min

Frank McCourt décroche un bout de la plage de Pampelonne, au détriment de Cyril Lignac

La bataille faisait rage sur la presqu'île de Saint-Tropez pour savoir qui pourrait exploiter le dernier bout libre de la plage de Pampelonne. Lundi soir, à l'occasion du conseil municipal de la ville de Ramatuelle, dont dépend la plage, l'édile de la ville Roland Bruno a levé le suspense. Le conseil devait en effet voter pour ou contre le futur exploitant choisi pour occuper le lot de la plage situé dans le secteur de l'Épi, rapporte Var-Matin. Un bout de terrain inexploité l'été dernier en raison de procédures judiciaires en cours.

>> À lire aussi - Saint-Tropez en hélicoptère: une manne, une plaie et un casse-tête pour les gendarmes

Si pour l'instant, la ville ne peut toujours pas procéder à la signature du contrat d'exploitation, elle a toutefois décidé de poursuivre le processus de désignation du nouvel exploitant du lot. Et c'est donc l'entreprise Epi-Plage de Pampelonne qui a remporté le concours. Cette société est la propriété de Franck McCourt, l'actuel patron de l'Olympique de Marseille, et elle possède déjà l'hôtel Epi-Plage, situé en retrait de la plage, rappelle le quotidien régional.

Une offre conforme aux besoins de la commune

L'Américain a donc remporté la victoire au détriment du chef de cuisine Cyril Lignac, sur ses talons, et donc loin devant les 11 autres candidats en lice. Le dossier étant sensible, le maire de Ramatuelle a tenu à rappeler comment la sélection s'était déroulée, cité par Var-Matin : la commission d'attribution "a dressé la liste des candidats fin juillet et 13 ont été retenus. Les offres ont été analysées et classées de la meilleure à la moins bonne début septembre. Nous avons retenu les cinq meilleures offres pour une séance de négociation qui s’est déroulée début octobre et a permis d’améliorer ces offres mais n’a pas remis en cause le classement présenté par la commission. C’est donc le premier de la liste que je soumets à votre vote ce soir".

>> À lire aussi - Marseille : la Cour des comptes étrille la gestion du personnel de la

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ces polytechniciens et normaliens qui ne payent pas leur "pantoufle" à l'État
SNCF, RATP... ce que vous pouvez vous faire rembourser
Les ventes de l'Alpine A110 s'essoufflent déjà
Airbus : nouveau mois faste pour les livraisons
Réforme des retraites : les enseignants vont-ils perdre autant qu’ils ne le craignent ?