La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,67 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    -2,90 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    46 867,73
    -4 701,62 (-9,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,06 (-0,10 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,45 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,54 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,67 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,61 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3836
    +0,0051 (+0,37 %)
     

Franck Provost cède le contrôle de ses enseignes de coiffure

·1 min de lecture

Est-ce l’heure d’un changement de look total pour le secteur de la coiffure ? Alors que les salons de coiffure Dessange vont bientôt changer des mains, Franck Provost vient lui aussi de tomber dans l’escarcelle d’un nouvel actionnaire, souligne Le Figaro. C’est le fonds d’investissement Core Equity qui a acquis 54% du capital de Provalliance, le groupe qui possède les enseignes Franck Provost, Jean-Louis David, Maniatis, Saint-Algue ou encore Fabio Salsa.

En 2019, Provalliance avait réalisé un chiffre d’affaires de 450 millions d’euros, avec une marge d’exploitation qui serait de 15 à 20%. La pandémie de Covid-19 n’aurait pas joué de rôle dans la cession du groupe qui compte 3.200 salons de coiffure dans 35 pays. Malgré une chute de son chiffre d’affaires de 30% en 2020, le groupe serait encore rentable. Provalliance a même pu bénéficier d’un prêt garanti par l’Etat (PGE), mais celui-ci n’a pas été dépensé.

>> A lire aussi - Coiffure : l’Unec réclame à l’Etat une baisse de TVA pour “sauver la profession”

Le choix de Franck Provost serait davantage lié à une volonté de "donner un souffle nouveau à l’entreprise, avec des fonds nouveaux". "Je ne voulais pas me rendetter. Je reste président du comité des actionnaires et mon fils Fabien, directeur général en charge de la direction artistique. Mais le holding familial devient actionnaire minoritaire (avec le management), avec 46 % du capital", précise-t-il auprès du Figaro. Sa fille Olivia quitte l’entreprise mais met la main sur la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

EssilorLuxottica a vu ses profits s’effondrer en 2020
Le platine devrait poursuivre son envolée, selon UBS
Le n°1 du luxe LVMH proposera 400 contrats d'alternance en France pour la rentrée 2021
Le plus grand hypermarché Carrefour de Marseille bloqué par des salariés
JCDecaux “va profiter de la concentration du secteur” : le conseil Bourse du jour